AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez
 

 On my way to success

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Terrence Everett

Terrence Everett

nowhere we can hide





› Célébrité : Finn Jones
› Messages : 136
› Arrivée en ville : 02/10/2013

On my way to success Empty
MessageSujet: On my way to success   On my way to success EmptyMer 16 Oct 2013 - 20:30

On my way to success Finn-jones_zpscf2346a2 On my way to success Kayfirma
On my way to success

La nuit, toutes les villes étaient si différentes. Il y avait certainement des petits villages qui s'animaient tout autant que les grandes métropoles, et Stonehaven n'échappait pas à la règle. Les lumières bariolées et les gens aux bars ou restaurants, tout ça tranchait avec le coté affairé et sérieux des journées. Il aimait les deux, à vrai dire. Et c'était une bonne chose puisqu'il les fréquentait tout autant. La journée il allait à ses cours de théâtre, de chant, d'expression corporelle, s'en suivait ensuite sa trépidante vie de baby-sitter jusqu'au soir où il se rendait à midtown pour ses activités nocturnes. Du moins quand il était serveur. C'était l'énième petit boulot qu'il entamait et à vrai dire, il ne savait jamais vraiment comment les garder. Pas qu'il soit un mauvais travailleur quoi qu'un brin tête en l'air, il ne pouvait simplement pas tenir en place plus de quelques mois au même endroit ou au même poste. Terrence aimait apprendre, découvrir, ce n'était donc pas un soucis pour lui mais comme il avait besoin d'argent pour ses cours, un nouveau job était à chaque fois le bienvenu.

Le "Castle" était un endroit comme aucun autre. Un bar à thème, c'était tout ce dont Terrence pouvait rêver : quoi de mieux pour mettre en pratique ses talents d'acteur que de jouer un ravissant preux chevalier, serveur de surcroit, dans un décors médiéval? Si on y regardait de près il y avait beaucoup d'anachronisme, les costumes étaient riches mais le tissus de qualité médiocre, le jeu des autres employés ne dépassait pas le langage sms et les boissons n'avaient rien d'authentiques, mais c'était un endroit de rêve tout de même. Ce soir n'était pas différent des autres, mais Terrence ne se sentait pas aussi jovial qu'à son habitude et on le lui faisait remarquer. Jouer les Princes Charmants n'avait pas la même saveur lorsqu'on venait d'apprendre l'accident des Cavendish, mais ça n'était rien comparé à ce qu'il vivait à présent. Il n'avait pas encore récupéré qu'il apprenait leur "retour". Il n'avait pas osé l'espérer, à vrai dire, et s'il n'avait été que l'ombre de lui même pendant ces quelques jours il avait l'impression qu'un poids s'était levé de ses poumons. C'était sans compter sur la nouvelle.

Terrence lâcha son verre qui alla se briser sur le sol. " C'est le troisième cette semaine Terry, fais attention à ce que le boss te voie pas... " il entendit sa collègue lui murmurer en lui passant une serpillère. Elle l'aimait bien. Beaucoup de gens l'aimaient, en fait. Il était mignon, charmant, intelligent, aimait plaisanter et avait le contact facile pour mettre tout le monde à l'aise tout de suite. Mais si Charley ne se souvenait pas de lui, quelle importance?

" Je ramène trop de consommateurs dans sa caisse enregistreuse pour qu'il me vire, hon', ne t'en fais pas "

Le sourire sur son visage, il savait faire. Il était un acteur en devenir après tout. Mais au fond, il avait envie de pleurer. Il secoua ses boucles blondes pour chasser cette mauvaise pensée. Rien n'était perdu, pas vrai? Toutes ces années passées ensembles signifiaient forcément quelque chose, au fond, elles n'avaient pas disparu. Ni leur rencontre, ni les escapades par la fenêtre, ni les milles et une bêtises et les pétrins dans lesquelles Terrence les avaient fourrés. Les jeux avec Freddie, les nuits entières à parler de tout et de rien, partageant avec un ami comme il n'avait jamais rencontré. Les amnésies n'étaient pas forcément permanentes et rien au monde ne résistait à Terrence.

A part peut être la jeune fille qui se dirigeait à grands pas vers le bar à cette pensée.

Spoiler:
 

_________________


❝ Anything can Happen, If you believe in It ❞
When the sun has set, no candle can replace it.

Pics from tumbrl Fuckyeahfinnjones ♥️


Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité






On my way to success Empty
MessageSujet: Re: On my way to success   On my way to success EmptyVen 18 Oct 2013 - 21:08

Freddie était en transe. Il n'y avait pas d'autre mot pour décrire ce qu'elle était en train de vivre. Au milieu de la foule de son bar préféré, petit, miteux au possible mais avec toujours des ballades de rock endiablé, la jeune femme dansait. Ses chaussures avaient été oubliées depuis bien longtemps et le nombre de verres qu'elle avait consommé devait très certainement être un chiffre exorbitant, du genre qui ferait tomber son grand frère dans les pommes s'il savait. Il ne savait pas, de toute façon, ce soir, Freddie n'avait pas de frère, pas d'oncle, pas de famille, elle n'avait même pas de prénom, elle n'était rien d'autre qu'un corps qui se mouvait et qui bougeait au rythme de la musique, les bras au dessus de sa tête et les hanches suivant le rythme. Ses cheveux virevoltaient autour d'elle et quelques mèches venaient lui masquer la vue, lui donnant l'impression que tout ceci n'était pas réel, le sol était froid sous ses pieds et si ce n'était pas pour cette robe désespérément courte qui lui collait à la peau, elle n'avait aucun moyen de savoir que ce n'était pas un rêve. Pas un rêve car elle était aussi légère et aussi électrisante que cela. Oui, elle se fondait presque dans l'atmosphère avec chacun de ses mouvements et elle allait disparaître, finir par s'envoler, miette après miette, elle avait s'élever et devenir quelque chose de magnifique, quelque chose de divin. Peut être que c'était la tequila qui parlait, peut être... Peut être aussi qu'elle ne voyait pas qu'elle était la seule à danser avec une telle ferveur, en parfait accord avec Jimmy Page et les cris de joies que poussait sa guitare. Elle avait oublié son prénom, elle avait oublié la raison et si elle ne savait pas que ce rouge devant ses yeux là, c'était ses cheveux, elle se serait cru en feu. Mais elle brûlait, véritablement, littéralement, dans sa robe bleu nuit qui suivait les courbes de son corps et qui s'arrêtait juste en dessous de ses fesses, elle se sentait en vie.

Elle ne savait plus ce qu'elle foutait là okay? Elle avait passé l'après midi à déambuler dans la grande demeure des Cavendish, pas de trace de Iain, et Charley était rentré d'une humeur massacrante. La jeune femme n'avait pas cherché à savoir pourquoi, un seul coup d'oeil jeté sur son frère et elle était partie se réfugier dans sa chambre. Oui, dans ces moments là, parfois, il la terrifiait. Freddie avait atterrit dans sa salle de bain et elle avait entrepris de se lisser les cheveux, le résultat était plutôt pas mal et changeait de ses boucles rousses habituelles et puis... Elle avait décidé de sortir. Et voilà où elle était. Freddie rentra dans un autre client du bar et elle lui offrit un sourire avant de déposer un baiser sur ses lèvres, elle ne le connaissait pas, elle s'en moquait totalement, la chanson était finie et la rouquine alla s'accouder contre le bar.

"Est-ce que je peux avoir un autre verre?"

"Freddie... Tu es là depuis deux heures... Tu ne crois pas que tu en as eu assez?"

La jeune femme éclata de rire. Assez. Assez pour faire quoi? Il ne la connaissait pas, il ne savait pas qu'elle était fissurée de part en part et que tout l'alcool du monde ne pouvait pas la sauver, elle voulait sombrer, elle voulait plonger, elle voulait continuer de sentir ce feu en elle, elle voulait se sentir en vie. Mais si elle ne pouvait pas avoir ce qu'elle voulait ici, très bien... Elle partirait. Dehors, l'air frais sur sa peau était quelque chose d'assez divertissant mais pas assez pour lui faire oublier son objectif: se souler. Un bar en particulier attira son attention, Le Castle, elle le connaissait évidemment, tout comme elle connaissait un certain employé. Terrance. Elle entra donc, pied nu, les cheveux qui s'agitait telle une bannière ensanglantée, sa robe lui collant à la peau. La rouquine le repéra rapidement, dans un accoutrement qui collait bien avec l'ambiance, et Freddie se dirigea vers lui grâce à ses longues jambes. Sur la pointe des pieds, ayant toujours l'impression d'être en talons, la jeune femme se jeta littéralement sur lui, nouant ses bras autour du cou du jeune homme.  "Mon dieu Terrence, l'homme que je voulais voir... Non je mens, évidemment que je mens mais tant pis tu es là."  Franche au possible et titubant légèrement, Freddie s'accrochait à lui de toutes ses forces toutes ses maigres forces. Juste à ce moment là, son portable, habilement planqué dans son soutien gorge vibra. Mon dieu... Elle le sortit et grimaça en voyant le prénom de son grand frère s'afficher sur le téléphone. "Tu peux me débarrasser de mon téléphone portable s'il te plaît? Charley n'arrête pas. Et si tu pouvais m'apporter des frites aussi ce serait sympa... Ou juste une vodka martini... Avec des milliers d'olive dedans."
Revenir en haut Aller en bas
Terrence Everett

Terrence Everett

nowhere we can hide





› Célébrité : Finn Jones
› Messages : 136
› Arrivée en ville : 02/10/2013

On my way to success Empty
MessageSujet: Re: On my way to success   On my way to success EmptyMar 22 Oct 2013 - 16:02

La jeune femme aurait pu aussi bien s'appeler Moïse tant elle séparait la foule humaine en deux comme il avait ouvert la mer. Ils s'écartaient littéralement sur son passage et Terrence eut tout juste le temps d'apercevoir sa crinière de feu avant qu'elle lui atterrisse dans les bras. Elle était folle, délicieusement et absolument folle, et c'était la soeur de son meilleur ami. Elle était ivre, aussi, et pieds nus !

" Merde... Fred, je ne pensais pas que tu puisses trouver un moyen pour être encore plus à poil que d'habitude ! " Dans son reproche il n'y avait aucun jugement ou moquerie, il était vraiment étonné et amusé par la fraîcheur de la jeune fille. C'était distrayant et il n'en aurait pas relevé plus de choses que ça si elle n'allait pas plus loin chaque jour depuis ces derniers temps. Il l'aimait beaucoup, Freddie, comme il aimait ses sœurs et ses tantes, il voulait la défendre, la protéger. Mais il savait bien qu'on ne protège pas les gens contre eux même aussi facilement, aussi il avait apprit à tenir sa langue assez souvent en sa présence. Pour le moment il se retrouvait face à un autre problème. La voir faire apparaitre Charley de sons soutien-gorge comme par magie l'avait laissé sans voix. Parce que c'était bien la seule chose qui pouvait lui couper le souffle ces jours ci, aussi alors qu'il se retrouvait nez à nez avec le smartphone de la belle, son premier réflexe fut de glisser le téléphone rouge et de raccrocher. " Pas au boulot, désolé... d'ailleurs à ce sujet ! " Il glissa le téléphone dans sa poche, et passa un bras puis l'autre sous elle pour la soulever comme une princesse. C'était courant dans ce bar, il avait de l'entrainement en tant que chevalier / prince charmant aussi. Il l'emporta jusqu'au bar et la déposa sur un tabouret, et lui mit un doigts devant le nez en lui souriant de son air le plus charmeur. " Princesse, permettez moi de vous abandonner un instant je vous prie je m'en vais quérir vos souliers de vers " et à ces mots, il disparu.

Il ne savait pas toujours comment faire avec Freddie. Il avait passé beaucoup plus de temps avec son frère qu'avec elle depuis leur rencontre et même s'ils se croisaient souvent, elle lui faisait un peu peur au début. Et pour cause, même s'ils étaient jeunes et à l'époque, elle exerçait déjà son pouvoir sur les deux de façon toujours plus innovante. Une fois elle les avait poursuivis jusqu'à ce qu'ils grimpent dans un arbres et les avait menacés des pires atrocités s'ils redescendaient. Ils avaient passé la journée et un bout de la nuit assis sur leur branche à discuter de tout et de rien, ça faisait partie des meilleurs souvenirs de Terrence à ce jour. Comme la fois où elle les avait enfermés dans le placard de la buanderie pour voir s'ils allaient faire des choses. Jamais aucun des deux n'avait osé répondre à ces attaques, même si à vrai dire Terry aurait pu. Il croisait souvent cette dernière faisant le mur pour aller rejoindre ses copains alors que lui le faisait pour rentrer rejoindre Charles. Il avait assisté à des moments moins glorieux comme ses premières cuites, et elle les siennes, si bien que tous les deux se tenaient en respect mutuel et avaient déclaré une sorte de pacte de non agression tacite. Et puis il s'occupait de son frère et lui laissait une certaine liberté, parfois ils s'appelaient mutuellement à l'aide lorsque ce dernier avait des ennuis. Ils étaient soudés.

Alors qu'est-ce qui avait changé ? Il revint vers elle et le serveur qui s'était déjà fait avoir lui servait ce qui devait être le énième shot gratuit de la soirée. Elle était trop jolie pour son propre bien, heureusement que quand elle voulait elle avait la répartie qu'il fallait. Il se mit à genoux et prit son pied pour lui enfiler la pantoufle réplique de Cendrillon réservée aux clientes fidèles du bar restaurant. Tout autour certaines étaient déjà en émoi devant la scène, c'était décidément un endroit ou tout pouvait arriver. Se redressant vers elle, il soupira et reprit son plateau pour le charger de commandes. " Alors, depuis combien de temps tu ne lui as pas donné de nouvelles à ton frère ? Où est-ce que tu lui as piqué quelque chose pour qu'il te courre après? " Il l'observait, à l'aise et conquérante. " Pas cette robe rassure moi ... " Et il rit. Il n'allait pas lui avouer mais sa présence lui manquait, il aurait aimé retourner chez eux et il savait que ça n'arriverait plus. Il aimait beaucoup leur oncle aux multiples talents mais rien ne lui rendrait ce qu'ils avaient perdu.



_________________


❝ Anything can Happen, If you believe in It ❞
When the sun has set, no candle can replace it.

Pics from tumbrl Fuckyeahfinnjones ♥️


Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité






On my way to success Empty
MessageSujet: Re: On my way to success   On my way to success EmptyVen 25 Oct 2013 - 20:41


À quand remontait la première fois que Freddie avait été dans un tel état? À longtemps, car oui, la jeune femme avait beau avoir uniquement dix neuf ans, elle n'était pas à son premier coup d'essai. Petite, elle était fascinée par les bouteilles qui contenaient les liquides forts et ambrés et elle s'était dit qu'elle aussi, un beau jour, elle se laisserait tenter. Cela avait fini par arriver, à l'âge de quinze ans, avec l'une des rares amies qu'elle avait à l'époque, Freddie s'était introduit dans le bureau de son père et elle s'était remplie un verre de whisky. Beaucoup plus que la dose normale, elle le savait à présent et elle était tout simplement devenu accro. Pas au point d'en oublier de vivre et de toujours rechercher de l'alcool non, elle trouvait ça tout simplement... classe. Tenir le verre entre ses mains, boire lentement, assez pour s'enivrer mais pas assez pour étancher sa soif, et les sensations... Le monde était moins froid et terne et les couleurs semblaient enfin et véritablement apparaître sous l'effet de l'alcool et quelque part, Freddie se sentait libre. Et son comportement dans ces moments-là ne semblaient déranger personne, à croire qu'ils étaient tous habitués à ce qu'elle se laisse aller aux pires folies et du coup, plus rien ne pouvait les surprendre. Mais, comme il y avait toujours ce mais, Charley était là, c'était le seul qui savait vraiment quand elle était complètement bourrée et qui était capable de savoir que si ses pupilles étaient dilatées, ce n'était pas de l'excitation mais bien à cause de l'alcool. "Mon dieu Freddie, arrête les conneries." Il lui avait dit plus d'une fois, mais dans le même temps, lui il avait le droit de faire la fête à tout va, avec Terrence, sans qu'on lui fasse la moindre reproche. Tout ça à cause du truc qu'il avait entre les jambes... Mais quel hypocrite vraiment.

Freddie n'eut donc aucune réaction alors que le Terrence s'emparait habilement de son téléphone. La rousse haussa les épaules et se contenta d'un simple "Pitié Everett, ne me fais pas croire que tu n'aimes pas ma robe..." avant qu'il ne la soulève du sol. Oh... génial. Elle se laissa faire, n'ayant l'impression de ne pas véritablement exister dans ses bras et elle était déjà en train de rire alors qu'il jouait les preux chevaliers. Pourquoi Charley n'était plus ça déjà? "Fais donc, essaye de ne pas te faire tuer par un dragon entre temps, ce serait beaucoup trop chiant de te remplacer." offrit pour toute réponse Freddie alors qu'il s'éclipsait. Des chaussures, pour quoi faire? La jeune femme croisa et décroisa les jambes sur son siège, ne tenant pas une seule seconde en place. Quand l'un des serveurs, habillés dans un accoutrement similaire à celui de Terrence, fit son apparition, Freddie n'hésita pas une seule seconde à se pencher sur le comptoir et lui faire un clin d'oeil. "Dis donc... c'est possible de se faire servir ici quand on a oublié son porte-feuille ou...?" C'était une de ces soirées où tout lui réussissait semblait-il et Freddie finit par se rasseoir, verre à la main, l'olive déjà dans son estomac. Elle vida son verre d'un trait et elle s'apprêtait à en commander un autre quand ce cher chevalier Everett lui passa une chaussure au pied. Une vraie princesse désormais? Non, Freddie était toujours une princesse, en particulier lorsqu'elle se baladait avec le moins de vêtements possible et sa couronne de diamant sur la tête. Elle roula des yeux à la question de Terrence, ce qu'il était chiant parfois, mais le sourire de Freddie resta bien en place et elle piqua une des commandes de Terrence, vidant le verre d'un trait. "Charley, Charley, Charley... Tu n'as que ce mot à la bouche pas vrai?"

Ils étaient... désespéremment fatiguant tous les deux, Terrence était une extension de Charley et il ne savait même pas à quel point Freddie l'enviait. Oui, elle, la fille bancale avec son prénom de garçon aurait vraiment voulu en être un et remplacer Terrence dans la vie de son frère. Mais voilà, elle ne pouvait pas, elle ne pouvait pas, au lieu de quoi, la jeune femme sauta de son siège et elle plaqua sans ménagement Terrence contre le comptoir, se pressant contre lui, se souciant peu de son plateau rempli de verres. "You know darling if you want to screw him you have my full permission, you two jerks need to get laid anyway, so just do it and don't make dear Freddie intervene please." Elle ponctua sa phrase par un clin d'oeil avant de se reculer d'un pas. "Sinon moi je vais bien, très bien, mon verre est vide quel dommage, on ne veut pas que ça arrive pas vrai?" Pivotant sur elle-même et faisant face au différents clients du bar, Freddie remonta sa robe d'un ridicule millimètre avant de s'avancer conquérante entre les tables. Elle repéra rapidement un groupe d'hommes, un peu plus âgés, en pleine conversation. On s'en fichait, il y a avait des verres à leur tables Toujours avec son sourire aux lèvres, Freddie fit littéralement son entrée en scène et se posa sur les genoux de celui qu'elle trouvait le plus mignon, le blond évidemment, et elle vida le verre que ce dernier avait dans la main. Le silence se fit à la table mais elle ne s'arrêta pas là. "Bonjour je suis Freddie." Elle lança cette phrase avec un naturel plus que certain avant d'embrasser ce parfait inconnu...

Et il avait un goût de gin... Parfait.
Revenir en haut Aller en bas
Terrence Everett

Terrence Everett

nowhere we can hide





› Célébrité : Finn Jones
› Messages : 136
› Arrivée en ville : 02/10/2013

On my way to success Empty
MessageSujet: Re: On my way to success   On my way to success EmptyDim 27 Oct 2013 - 15:48

Pour Terry, toutes les femmes et hommes de la Terre étaient des princesses et des princes. Du moins à ses yeux. D'autant plus dans ce bar ou tout le monde avait le droit à cette seconde peau, ils pouvaient même emprunter des accessoires et le tout rendait plus vrai que nature. Alors quand il voyait Freddie comme ça, qu'il la soulevait frèle et légère et qu'elle riait aux éclats, il se demandait ce qui avait tant changé. Est-ce que comme après son accident, elle pouvait revenir? Façon de parler bien sûr, mais même si elle avait toujours été un peu fêlée et brute de décoffrage, c'était une princesse pour lui et il avait envie de l'aider et de l'empêcher de sombrer d'avantage. Le rôle de la bouée de sauvetage lui allait comme un gant, mais pas celui du rabat joie. Généralement il faisait office de lumière qu'on suivait pour se sortir d'un mauvais pas, mais dans le cas de Fred, il allait avoir du mal. Elle ne le laisserait pas faire si facilement, et il préférait rester son ami plutôt que de devenir son père. Ou un grand frère, même si en l’occurrence c'était peut être la meilleur solution. Plus que ça ? Ce serait difficile. Même s'il n'aurait pas su comment refuser, il doutait que ce soit ce qu'elle recherche en lui, d'autant qu'elle savait très bien ce qui en ressortirait.

Il souriait à ses moqueries comme toujours et pourtant, elle savait taper là ou ça faisait mal. " Charley Charley " disait elle, si elle savait à quel point ! " Ne me dis pas que tu voudrais de moi comme Beau frère, tu craquerais bien avant moi ! " il ajoutait une pinte à son plateau alors qu'elle sauta avec légèreté au sol -ses escarpins lui allaient comme un gant, pour coller sa maigre poitrine contre lui les joues rosies par l'alcool. Il rougissait lui aussi à présent. Elle le connaissait par cœur. Du trio c'était sans doute elle qui voyait le plus clairement ce qui se trouvait sous leur yeux sans qu'ils veuillent l'avouer. Elle les poussait à bout parfois avec ses petites expériences, ce qui avait l'effet contraire la plupart du temps. Mais pas toujours. Ils n'en étaient pas non plus à se leurrer, du moins pas Terrence, il préférait simplement ne pas y penser. Ses mots crus étaient malgré tout plus blessants qu'autre chose, ce soir là. " It's not me you have to tell, I'm not the one who lost all my memories. And I'm not a 12year old virgin anymore... you can't scare me with that word. "  Sans perdre son sourire il attendit qu'elle s'éloigne, non sans souffler intérieurement.

Il avait failli lâcher le plateau, ce qui aurait été mal venu étant donné que récemment son patron se demandait de plus en plus pourquoi il avait embauché Terry. Son sourire pour sûr, le fait qu'il rameutait des clients à la douzaine sans aucun doute. Mais il avait l'air de s'être rendu compte que sa maladresse légendaire et ses absences répétées dues à ses études et autres cours de théatre faisaient pencher le tout du coté du liscenciement, dans la balance. Il aimait ce job, aussi redoubla-t-il de précaution au moment de servir à Fred un verre aussi dilué que sa conscience le lui dictait avant de voir qu'elle avait encore une fois disparu.

Il parti faire la distribution des consommations en salle tout en pensant, que dirait charles si son prétendu meilleur ami laissait sa soeur se promener dans un état pareil ? Lui qui doutait déjà que leur amitié n'ait ne serait-ce qu'existé ailleurs que dans l'imagination de Terrence. Est-ce que Freddie plaidait sa cause lorsqu'elle se trouvait avec son frère? Elle connaissait mieux ce dernier que quiconque quoi qu'elle en dise, et il l'écoutait malgré son air de ne pas y toucher. Terry avait des sœurs, il savait comment ça fonctionnait. Elle n'était peut être pas de son sang mais c'était aussi sa grande soeur.

Il l'aperçue enfin sur les genoux d'un client régulier, un geek au teint gras et aux références peu subtiles sur son Tshirt. Avec ses amis il semblait aprécier la présence de la jeune femme, une fois la surprise passée. Elle savait séduire avec tellement de facilité qu'il en était presque jaloux. Pour autant, il ne voulait pas imaginer les mains de ce client là sur le corps pâle et offert de son amie. Le téléphone au fond de sa poche le rappela à Charley et il prit sa décision. Déposant les boissons un peu plus fort qu'il ne l'avait voulu, il attrapa son bras et la fit tourner et lever en un rien de temps, la faisant atterrir dans le creux de son bras " Je vois que tu as fait connaissance avec nos voyageurs. Messieurs, vous vous êtes faits avoir par notre Rogue de la soirée. Celui ci se spécialise dans les fonds de verre, permettez moi de vous dédommager en vous offrant la prochaine tournée. " Et il leur tendit un coupon chacun. Heureusement, les animations et bizarreries de son lieu de travail offrait ce genre de divertissement et il avait un don pour la comédie. Il tourna les yeux vers Freddie, presque implorant. Please, don't make a fuss here... I don't want to lose my job... or you.


Spoiler:
 

_________________


❝ Anything can Happen, If you believe in It ❞
When the sun has set, no candle can replace it.

Pics from tumbrl Fuckyeahfinnjones ♥️


Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité






On my way to success Empty
MessageSujet: Re: On my way to success   On my way to success EmptyMer 30 Oct 2013 - 18:56

Pour Freddie, tous les hommes étaient dépourvus de nom ou même de visage. À quoi bon les retenir vu qu'elle ne se s'en souviendrait même pas au réveil? Non, quand elle était amoureuse ou même attirée par quelqu'un, cela ne durait que quelques heures. Juste quelques précieuses secondes. C'était juste éphémère, léger et délicat, et cela ne faisait de mal à personne. Cela n'avait pas besoin d'être plus que cela, Freddie pouvait se laisser aller et ne rien faire du tout, juste devenir légère comme une plume et décider que ces lèvres-là étaient suffisamment appétissantes pour qu'elle se laisse tenter. Et elle voulait se laisser tenter, elle voulait être vilaine, elle voulait être celle qu'on détestait voir et celle dont on ne pouvait pas se passer. Elle voulait être cette étrangère qui était capable de grimper sur vos genoux et de vous faire passer la meilleur soirée de votre existence, en s'agrippant à vous de tout son être et en poussant tous les gémissements nécessaires pour que vous en oubliez le reste, vos problèmes, vos amis, votre femme, votre raison. Elle ne faisait qu'exister pendant quelques heures, pendant quelques secondes et tout ça grâce à quelqu'un, pour quelqu'un, juste en étant dans les bras de quelqu'un, dans les bras du chanceux du jour. Et elle s'accrocha à cet inconnu, n'hésitant pas à l'embrasser avec les meilleurs intentions du monde, ses hanches remuant légèrement, le bruit des conversations et du reste du monde s'effaçait peu à peu. Elle était éternelle, elle était libre, elle était parfaite et... Elle n'était plus rien.

Freddie ouvrit des yeux qu'elle ne se souvenait pas avoir fermé et elle redressa le regard pour s'apercevoir qu'elle était dans les bras de Terrence. Non. Non. Pas maintenant, pas ce soir, pas aujourd'hui. Elle se retint à grand peine de lui mettre une gifle et préféra se tourner vers les clients et jouer le jeu. "Et surtout n'hésitez pas à revenir au Castle à en parlez à vos amis." Elle lança la phrase avec le plus de professionnalisme possible avant de se laisser entraîner à l'écart par Terrence.  Exaspérée au possible, la rousse se dégagea de sa poigne, remettant sa robe en place et en lui jetant un regard assassin.  "What the fuck was that about?" Freddie se passa une main dans les cheveux, tentant de se calmer, elle se détestait en colère, elle ne voulait pas crier, elle ne voulait pas s'énerver, ça elle ne faisait pas. Terrence lui tapait sur le système, peut être que c'était une mauvaise idée d'être ici au final. Une très mauvaise idée. "Tu commences à devenir aussi chiant et barbant que Charley, Everett. Je suis censée boire et m'amuser comment hmm? Tu as quelque chose de plus à offrir que je n'ai pas encore vu peut être?" Elle accompagna sa question d'un geste de la main, ses yeux posé ssur Terrence. "And if you even think about showing me what's in your pants let me stop you right there... It's not that amazing, I've seen you changed clothes a thousand times. Charley might not remember you but I do... But you know what? Maybe Charley is just pretending, I mean it seems like a fucking marvelous idea to have some peace." C'était un coup bas, elle le savait, elle la première avait tout fait pour que son frère se souvienne de son ami d'enfance. Mais voilà, ce soir, elle n'était pas vraiment elle-même, elle n'était pas Freddie, elle n'était pas adorable, elle n'était même plus souriante ou joyeuse...

Elle n'avait pas envie qu'on lui fasse la leçon et qu'on l'oblige à avoir les pieds sur terre, tout ça... Tout ça c'était pour les vivants, et si elle était revenue à la vie ce n'était pas pour avoir une vie barbante et chiante pas vrai? Oui, elle se trouvait des excuses mais tant pis, c'était tout ce qui lui restait, les excuses et sa paire de chaussures en verre. "Je ... Pff laisse tomber, rend moi mon téléphone que je puisse partir d'ici." Freddie croisa les bras sur sa poitrine, le regardant et le mettant au défi de refuser. "Rend moi mon téléphone Everett ou je t'assure que je fais une scène, du genre que même toi et ton joli sourire tu ne pourras pas rattraper. Et tu me connais, tu sais jusqu'où je peux aller." Freddie ne craignait pas le ridicule et elle ne culpabiliserait pas si Terrence perdait son boulot à cause d'elle, elle se souciait pas du sort des gens, à part le sien et celui de Charley au final. Les autres pouvaient crever, rester en terre pendant des années entière et ne jamais refaire surface, elle s'en moquait. Freddie était une belle garce, vraiment.
Revenir en haut Aller en bas
Terrence Everett

Terrence Everett

nowhere we can hide





› Célébrité : Finn Jones
› Messages : 136
› Arrivée en ville : 02/10/2013

On my way to success Empty
MessageSujet: Re: On my way to success   On my way to success EmptyMar 5 Nov 2013 - 15:39

Il l'avait sentie se raidir dans ses bras, au creux de son aisselle alors qu'il souriait comme un bienheureux aux clients entre l'étonnement et le doute. Freddie était plus petite que lui et plus menue... quand est-ce qu'il l'avait dépassée, il ne se souvenait pas vraiment. Il avait pourtant l'impression d'avoir plié sous son regard noir un nombre incalculable de fois, elle était plus forte et le dépassait encore de quelques centimètres quand ils s'étaient connus. C'était aussi parce qu'elle ne retenait pas ses coups à l'époque, se remémorait Terry douloureusement... Pas comme ce soir. Elle les avait défendus Charley et lui contre des idiots qui voulaient leurs affaires ou juste s'amuser un bon coup maintes et maintes fois. Mais il avait grandit et avait pris le relais, pris en muscle et en jambes et là, toute frêle au creux de son bras malgré la colère qui bouillait manifestement au fond d'elle, il revoyait sa petite sœur. Une fois la scène achevée il avait espéré l’emmener en salle de repos, discuter avec elle, tout en sachant très bien qu'ivre comme elle était il y avait peu de chance que ça marche. Lorsqu'il la sentie se défaire de lui son cœur sombra d'un étage.

Elle était en colère, et le tableau encadré de roux était trop parfait pour qu'il soit vraiment surpris. Il la laissa crier sur lui, ils étaient dans un coin reculé de la salle mais Terrence pouvait sentir les quelques regards curieux s'intéresser à eux. Il devait avoir l'air d'un chien battu, il n'arrivait pas à lui en vouloir et savait qu'il faudrait la laisser finir avant de pouvoir imaginer lui faire entendre raison. Elle frappait bas, et il attrapa son poignet pour retirer sa main pleine de sous entendus " You know how I think, you know I would never tell you what to do, Freddie. But not here, not in front of me... I just can't. " Il fronçait les sourcils, chose assez rare pour qu'elle le note si son état le permettait. Il avait la poigne ferme et releva sa main, la prenant dans les siennes contre son torse. " You know you're like a sister to me and brothers do NOT fuck their sisters however cute or drunk they might be. I love you. Please don't make me do this..." Mais elle acheva sur une note qui lui fit lâcher prise. Et si Charley faisait semblant ? Il savait bien qu'il n'y croyait pas une seconde, mais rien que de l'évoquer son sang n'avait fait qu'un tour. Et si. Il n'aurait jamais fait ça. Il avait besoin de lui, de sa sœur hystérique et de leur grain de folie dans son quotidien. Il s'inquiétait souvent pour Terrence, ses fréquentations, son avenir, plus que du sien à vrai dire. Charley donnait l'impression de se laisser porter par le vent et ne luttait que lorsqu'il s'agissait d'eux deux. Cette réalisation le ramena à la réalité. Il serait inquiet pour elle à l'instant, il avait appelé plusieurs fois et c'était la raison pour laquelle Terrence intervenait.

" Je te raccompagne, et il est hors de question que tu rentres seule. Charley ne se souvient peut être pas de moi mais il te ramènerait par la peau du cul s'il était là. " Il affirmait avec force. Il en était persuadé. Il y avait une différence entre vivre librement sa sexualité et se tuer à petit feu avec n'importe quel connard en ingurgitant n'importe quoi. C'était une grande fille, mais là elle agissait comme une gamine capricieuse. " Tu peux brailler tout ce que tu veux je ne te rendrait ni ton portable ni ta soirée, hate me if it makes you feel good, I don't give a shit. Ce job est moins important que ma famille ! " C'était ce qu'il disait, mais il y tenait malgré tout. En ce moment c'était peut être la seule chose stable et tangible de sa vie et il s'y accrochait comme à un havre de paix. Il était sûr de lui, doué, bon comédien et charmant. Il était à sa place ici. Mais la jeune femme qui se débattait valait bien quelques sacrifices. Oui il la connaissait, et oui elle était capable du pire. Il savait à présent que les autres serveurs entendaient leur conversation. Manquait plus que le boss et il était fichu. Peu importe. " I will always forgive you Fred... Whatever you do. " Il se vit dans le reflet du miroir retenir son amie de nouveau et ne reconnu pas leur reflet. Il avait l'impression de lui faire du mal, d'être responsable de sa crise et d'avoir le rôle du méchant dans l'histoire.

Fuck... What should I do now...



_________________


❝ Anything can Happen, If you believe in It ❞
When the sun has set, no candle can replace it.

Pics from tumbrl Fuckyeahfinnjones ♥️


Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité






On my way to success Empty
MessageSujet: Re: On my way to success   On my way to success EmptyDim 10 Nov 2013 - 13:05

Tout l'alcool du monde ne parviendrait certainement pas à la sauver. Et pourtant... Pourtant, Freddie avait essayé, c'était ce qu'elle tentait de faire quand elle sortait lors des nuits telles que celle-ci. Ce n'était pas la pleine lune et pourtant cette chère Freddie se sentait pousser des ailes et si elle avait une jolie voix, elle aurait sûrement crié et gémi pour l'astre. Mais non, tout ce qu'elle avait c'était ce corps trop fin et trop maigre et ses cheveux, ses cheveux aux mèches de feu et qui ne se fondaient pas dans la nuit noire. Elle était magique, elle était éternelle, elle était complètement bourrée et un verre ne suffisait pas. Un seul verre ne suffisait jamais et elle ingurgitait des quantités d'alcool qui aurait fait tomber quelqu'un d'autre dans le coma, mais non, elle ne comprenait pas pourquoi, elle tenait toujours debout, alors cela devait bien être pour une raison pas vrai? Pour une putain de raison? Sauf que Freddie ne pensait pas, elle ne pensait pas à la raison, elle ne pensait pas à Dieu et elle ne pensait pas aux conséquences, elle pensait juste à elle, juste à elle et comment en avoir plus, comment ne plus faire pour ne plus sentir, pour ne plus entendre, comment faire pour être libre... Tout simplement. Et là tout de suite, à se tenir à seulement quelques centimètres de Everett, elle sentait que la petite bulle qu'elle s'était construite à grands coups de tequila et d'olives était tout simplement en train de se défaire.

Oh hello cruel world, this is me Freddie, did you miss me?

Elle ne voulait pas, elle ne voulait pas que tout s'efface, elle ne voulait pas revenir à la réalité, elle ne voulait pas être contrainte de penser et de réfléchir. Il gâchait tout, pourquoi fallait-il qu'il gâche tout? Il allait la ramener chez elle et la priver d'une belle soirée, elle aurait pu continuer à embrasser ce parfait inconnu et le laisser la soulever de terre et lui faire l'amour dans une ruelle sombre où elle se serait chargée de crier le prénom de cet inconnu-là jusqu'à ce que son corps soit contenté et repus. Mais non... Mais non... Freddie ferma les yeux pendant quelques secondes, prenant une profonde inspiration, se sentant trembler de la tête au pied. Elle sentait la colère monter en elle, comme un poison qui coulerait directement à l'intérieur de ses veines, non, elle ne devait pas s'énerver, pas maintenant. La jeune femme n'avait rien dit le jour où ils avaient enterré ses parents, elle n'avait rien dit quand Iain lui avait expliqué que Charley ne se réveillerait peut être pas, elle n'avait pas ouvert la bouche quand il avait fallu retourner dans la demeure familiale, si silencieuse sans sa mère dans le jardin ou même son père dans le salon pour fumer des cigares, et quand Charley s'était mis à se faire de plus en plus absent à cause de son boulot? Et quand Iain disparaissait elle ne savait où? Elle ne disait jamais rien, elle se contentait de rester dans le salon, allongée sur le sol, ou même dans le jardin où parfois il lui arrivait de taquiner Jared. Mais sinon, elle ne bronchait pas. Elle ne disait rien.  Et quoi qu'elle fasse, quoi qu'elle dise, elle passait pour l'enfant attardé et stupide qui ne comprenait rien et qui sortait au mauvais moment. Go put on some clothes, Fred. You should really eat, Freddie. And what did you do today Freddie? You should find a job I mean... Come on. Where were you last night? You had me worried, and Iain said that...

Stop. Non. Assez.

Quand la jeune femme ouvrit les yeux et qu'elle rencontra le regard de Terrence, elle était véritablement en colère, une colère qui faisait battre son coeur à tout rompre dans sa poitrine, à tel point qu'elle en avait mal. Oui, elle avait envie de se rouler en boule sous l'une des tables et de ne plus jamais en sortir, voilà dans quel état la jeune femme se trouvait. Elle n'en fit rien, et essuyant une larme qui roulait sur sa joue, elle retrouva enfin sa voix. "Fuck you and your... and your everything. You're not my brother." Sa voix n'était qu'un murmure mais Freddie finit par s'éclaircir la gorge et quand elle reprit la parole, cela n'était plus un chuchotement.  "You can keep my phone, I don't need it, I don't need your pity and I don't need your love. And I don't need you fucking forgiveness." Elle insista bien sur le dernier mot en se rapprochant bien de lui. Terrence, ce bel hypocrite, elle avait juste envie de ruiner sa petite expression désolée et lui cracher son amour à la figure. Qu'il aille aimer quelqu'un d'autre, elle n'était pas dupe, elle savait pour quel Cavendish il faisait tout ça. "You never even cared for me anyway, it was always Charley, Charley... And just right now, what are you going to do? Bring me back home to my marvelous brother so you can pass for fucking prince charming. I'm not playing this game, you're not using me to get to Charley okay?" La jeune femme n'avait même pas réalisé qu'elle était en train de hurler à présent, oui, elle qui détestait les cris, elle était en train de hurler, de cette voix qu'elle n'utilisait jamais, car elle ne savait pas la maîtriser. Mais elle n'avait pas oublié, et les larmes dans ses yeux le prouvait, elle n'avait pas oublié toute ces fois où Terrence était apparu sur le pas de la porte avec un sourire aux lèvres, pour emmener Charley faire quelque chose qui excluait forcément Freddie. Ou même lors de leur soirée pyjama, quand les deux se retrouvaient dans la chambre de Charley à rire et à se battre avec leur oreillers et que Freddie n'était pas... Là tout simplement.

On lui avait donné un prénom d'homme et un grand frère, mais non, non, Charley avait eu Terrence dans les moments de coups durs et comme ami et Freddie, Freddie avec son caractère immonde elle... Elle n'avait eu que Charley et elle avait pris comme un affront personnel toutes les fois où la présence de Terrence avait été nécessaire. Mais elle n'avait rien dit, elle n'avait rien dit, et même là, alors que son frère ne se souvenait de rien, à part elle, elle aurait pu en profiter, sauter sur l'occasion, non, elle avait plaidé la cause de Terrence et avait suggéré à son frère d'entrer en contact avec lui, de faire quelque chose.  "The nerve you've got... You're not the only one who happens to love him okay?"  Freddie se rendit alors compte du volume de sa voix et elle plaqua ses deux mains sur ses lèvres, dégoûtée par son comportement. "Everett... What the hell is going on?" Un autre homme venait d'apparaître dans le champ de vision de Freddie et la jeune femme préféra regarder ses pieds. Elle venait de crier, elle venait d'hurler, et, c'était probablement le supérieur de Terrence. Elle ne savait plus quoi dire ou quoi faire.  "Nothing... I'm... I'm leaving." lança Freddie avant de tourner les talons, et se diriger vers la sortie du bar.

Trouver une sortie, partir, trouver des toilettes et s'enfoncer deux doigts dans la gorge et juste faire partir tout ce qui était mauvais en elle, tout ce qui l'avait contraint à s'énerver et à crier. Elle se sentirait mieux alors, elle serait complètement vide.
Revenir en haut Aller en bas
Terrence Everett

Terrence Everett

nowhere we can hide





› Célébrité : Finn Jones
› Messages : 136
› Arrivée en ville : 02/10/2013

On my way to success Empty
MessageSujet: Re: On my way to success   On my way to success EmptyMer 13 Nov 2013 - 23:21

Les regards qui se dirigeaient parfois discrets, parfois carrément sans gène vers eux étaient démultipliés par le miroir de la grande salle, il avait l'impression d'étouffer. Comme lorsqu’il était sur scène et qu'il oubliait son rôle ou sa réplique, toute sa bonne humeur et ses sourires ne lui étaient plus d'aucun secours dans ces moments là. Dans ces moments là, il savait qu'il avait merdé. Les mots il ne les trouvait pas. Est-ce qu'il avait vraiment été cet égoïste là ? Non, bien sur que non il n'avait jamais été hypocrite avec elle. Pas depuis le tout début en tout cas. Il lui avait demandé des passe-droits, sans doute. Il avait plaidé auprès de Fred pour qu'elle lui ouvre et il lui devait beaucoup sans aucun doute. Mais est-ce qu'il avait été injuste? Les garçons de cet âge sont idiots, pour eux une fille n'a rien à faire dans leurs aventures. Il était content d'avoir Charley juste pour lui il devait bien se l'avouer, mais de là à nier qu'il ait jamais eu le moindre sentiment pour elle. Non. Elle ne pouvait pas dire ça, bien sur que Charley était son ami mais il ne la prenait pas comme une pièce rapportée non plus. Tous les deux représentaient une famille vers qui il se tournait quand il ne se sentait plus capables. Eux deux et leurs parents qui l'avaient accepté comme il était.

Bien sur il avait ses grandes soeurs, il avait ses tantes et toutes étaient merveilleuses avec lui. Elles avaient du caractère, il y avait de la vie chez lui, mais il lui manquait quelque chose qu'il avait trouvé auprès des Canvendish. S'il était triste, s'il n'y arrivait plus, il savait qu'il pouvait toujours sourire pour eux. Ils ne s'étaient jamais disputés de cette manière. Ho bien sur, il y avait eu des remontrances. Freddie avait fait sentir qu'elle n'aimait pas être laissée de côté. Mais ils balayaient ça d'un revers insouciant de la main en lui promettant une prochaine fois qui ne venait jamais. Terrence ne pensait pas qu'elle aurait pu se sentir délaissée. Ou lui en vouloir. Ou être triste par sa faute voire même pleurer. Chaque larme qu'elle versait le blessa d'avantage que sa colère ou ses reproches. Il était idiot. Il n'avait rien d'un prince charmant. "I'm not playing this game, you're not using me to get to Charley okay?" " Freddie no... it's not like that I just... I ... " Il ne se souvenait pas l'avoir entendue perdre le contrôle de sa voix comme ça. Il l'avait vue pleurer, pour un crétin ou pour un autre, il croyait s'en souvenir. Mais lorsqu'elle voulait leur faire peur à lui ou Charles elle n'avait jamais besoin de hausser le ton. Qu'aurait fait Charley ?

Il entendit son boss arriver avec ses chaussures crantées avant qu'il n'ouvre la bouche. C'était un bon patron. Comme tout patron de bar il était intransigeant, caractériel mais juste et équitable. Il ne connaissait pas Terrence depuis plus de quelques mois, il ne savait rien de lui si ce n'était qu'il bossait bien et ça lui suffisait. Alors quand ce dernier avait demandé quelques jours lors de l'accident il avait dit oui, mais que ce serait retenu sur sa paie. Et ce n'était pas la première fleur qu'il lui demandait. Il avait ses cours de danse, de chant, de théatre et ses entretiens et autres auditions. Il était maladroit, trop enthousiaste et avait du lui couter cher. Et ce soir il lui coutait certainement bien plus si les clients n'étaient pas convaincus par la prestation, et qu'ils décidaient de ne plus revenir. Mais il avait pris sa décision, et plus qu'un charmeur plein de ressource, il refusait d'être celui qui abandonnerait Freddie. " I am so sorry Boss... I have to take care of this. I am sorry I really am ! " Et retirant son tablier-armure, il courrut après Freddie qui se faufilait déjà entre les silhouettes du bar bondé. Il n'apercevait que le sommet de son crâne rouge parmis la foule, comme une étoile à suivre et à ne surtout pas lacher des yeux. Dehors il faisait frais. Il devait être à peine deux heures mais la nuit avait repris toute la chaleur du soleil et il ne leur restait plus rien.

" Freddie wait !! "

Elle n'était pas du genre à revenir sur ses décisions. Elle avait décidé de lui en vouloir plus d'une fois au cours de sa vie et n'avait jamais lâché prise avant plusieurs heures, jours. Peut être plus? Il n'avait jamais fait attention et le regrettait maintenant. Pourtant elle avait pris sa défense par deux fois ce soir. Elle aurait pu faire bien pire, frapper plus bas encore et elle ne l'avait pas fait. Comme n'importe quel animal blessé elle se défendait, et toutes griffes dehors il encaissait les coups qu'il avait très certainement mérités. Il y a quelques temps, il n'aurait pas pensé comme ça. Il n'aurait pas compris ou essayé de comprendre, il ne faisait attention à rien. What a Fool I've been... Trop occupé qu'il était à pleurer sur son sort il n'avait pas réalisé qu'ils étaient deux dans l'accident, et qu'elle avait souffert autant que Charley.

" Pardonne moi Fred... Tu as raison c'est moi qui doit m'excuser ! Laisse moi repartir avec toi..."


Il était essoufflé, la buée formée par sa respiration et ses boucles en pagailles il la regardait de l'autre coté de la rue, à moitié nue et certainement frigorifiée. Fuckin Prince Charming indeed... Depuis quand est-ce qu'il avait creusé ce fossé là ?


_________________


❝ Anything can Happen, If you believe in It ❞
When the sun has set, no candle can replace it.

Pics from tumbrl Fuckyeahfinnjones ♥️


Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité






On my way to success Empty
MessageSujet: Re: On my way to success   On my way to success EmptyDim 17 Nov 2013 - 18:24

Les étoiles commençaient à disparaître et la lune avait perdu de son éclat. Voilà quel misérable constat Freddie fit en sortant du restaurant, confrontée à la nuit froide et silencieuse. Elle n'avait pas remarqué il y a quelques heures de cela, non, l'air lui avait paru agréable, rempli de promesse et le moindre coup de vent semblait être une caresse sur sa peau et même les ténèbres, elle pouvait les accueillir, elle pouvait les englober, elle avait assez de force pour ça, assez de force pour pouvoir supporter tout ça, supporter l'horreur, supporter les cris, supporter la solitude... And even Death itself, she could bear it, she could swallow it and learn how to love that angel with black wings because she was feeling up to it. Et maintenant? Maintenant, elle se sentait complètement vidée, elle se sentait affreuse, elle sortit du bar en prenant une profonde inspiration, croisant les bras sur sa poitrine, les larmes roulant toujours sur ses joues sans qu'elle puisse les arrêter. Un coup de vent dérangea sa chevelure par la même occasion, l'air froid et acéré de la nuit lui arrivant comme un coup en plein figure. Était-ce la même nuit? Était-ce le même air? Elle ne se sentait pas bien, elle avait la tête qui tournait et elle savait que cela n'avait rien à voir avec l'alcool. Non, l'alcool était son ami, mieux que quiconque il la comprenait, il la réconfortait et la laissait voir le monde avec une nouvelle palette de couleur. Il ne la trahissait jamais, il était mieux que le meilleur des amants qu'elle avait eu, c'était plus qu'une simple histoire de réconfort, c'était une histoire de vie ou de mort, d'un autre verre, de sentir quelque chose qui faisait battre son coeur et qui faisait bouillir son sang à l'intérieur de ses veines. Ce n'était plus le cas, les effets étaient en train de s'estomper et le monde était de nouveau noir et gris, sans aucune issue, sans aucune échappatoire. Son corps, trop maigre et trop fin pour tout ce qui l'habitait vraiment, fut secoué d'un autre sanglot et Freddie ne prit même pas la peine de tenter de se calmer et elle avança.

Agacée au bout de quelques secondes, elle enleva ses talons aiguilles et trembla encore alors que ses pieds nus rencontraient le pavé. Tant pis, tant mieux, elle avançait, sa robe bleue lui collant toujours à la peau, ses bras supportant tout son poids alors qu'ils étaient croisés au niveau de son ventre à présent, ses cheveux secoués par le vent. Elle ne savait pas vraiment où elle allait mais elle avait décidé que cela n'avait la moindre importance, elle fendait la foule, à peine consciente des regards inquiets ou des mines déconfites qu'elle provoquait. Elle s'en foutait, Freddie se détestait là tout de suite et elle avait juste envie de disparaître, de se laisser tomber sur le sol et tout simplement mourir, que ses cheveux flamboyants soient la seule preuve qu'elle ait véritablement existé un jour, et qu'elle laisse retomber ses chaussures qu'elle tenait là, qu'elle les laisse tomber sur le sol et que plus personne ne se soucie d'elle. Pas de bruit, pas de cri, juste du vide. Du vide profond et creux dans lequel elle pouvait plonger, dans lequel elle pouvait disparaître et être contentée. Elle n'avait pas prévu d'hurler ce soir, elle n'avait pas prévu d'être confrontée à tous ses souvenirs, c'était du passé, elle avait grandit, Frédérick n'était plus une petite fille, elle ne pouvait pas en vouloir à la terre entière parce qu'on tentait de lui enlever un être cher. Ce n'était pas comme ça, ce n'était plus comme ça. Elle ralentit son allure sans véritablement sans rendre compte, fatiguée au possible, exténuée et à bout tout simplement. Son corps ne pouvait tout simplement plus suivre avec tout ce que son esprit lui imposait et au moment où Freddie songeait à s'asseoir là, sur le trottoir, elle entendit son prénom.

La rouquine ne se retourna même pas, accélérant le pas. "Non." Il ne repartirait pas avec elle, non, il devait la laisser tranquille. Freddie poussa un soupir, ses yeux secs à présent, elle ne pleurait plus mais ses joues étaient encore humides, quelques mèches rouges venaient se mêler à l'eau salée. Elle considéra le pour et le contre pendant une longue minute avant de se tourner vers Terrence, le regardant reprendre son souffle. "Non tu ne viens pas avec moi, tu me fous la paix, tu me laisses tranquille, tu continues à m'oublier comme tu sais si facilement le faire. Arrête ça s'il te plaît. Arrête. Je n'ai pas besoin de ça en ce moment, tu n'as pas besoin de ça en ce moment. Retourne bosser, oublie moi. " Était-ce un ordre? Une demande? Excellente question, Freddie ne savait plus mais elle ne pouvait pas supporter une autre conversation, pas une autre dispute. Dépitée, elle laissa ses chaussures retomber sur le sol et elle s'avança vers Everett, attrapant le visage de ce dernier entre ces mains. Évidemment qu'il était beau cet idiot, est-ce que Charley avait remarqué ça? Probablement pas Charley ne voyait que ce qu'il voulait voir et parfois c'était vraiment frustrant. Mais voilà où ils se retrouvaient eux-deux, les deux idiots qui aimaient trop ce Charley. Freddie l'avait aimé en première et même si elle savait que Terrence avait toujours été sincère, il ne comprendrait pas, il ne comprendrait jamais ce qu'il lui avait volé, ce qu'il était venu dérober juste là sous ses yeux. Avant qu'il n'entre dans la vie des Cavendish, c'était elle l'ombre de Charley. Petite, elle avait l'habitude de s'habiller comme son grand frère, faisant tout pour cacher ses cheveux longs et puis un jour c'était Charley lui-même, plus jeune, qui lui avait dit qu'elle avait de la chance, elle n'était pas obligée de se couper les cheveux. Pour quel autre raison Freddie aurait-elle laissé les mèches rouges pousser jusqu'à descendre bien loin, quelque part dans son dos. Juste parce qu'il lui avait fait la réflexion, c'était la seule chose qu'elle avait appris à aimer chez elle et qu'elle traitait avec un tant soit peu de respect, tout ça parce que Charley aimait bien ses cheveux.

Voilà. Elle pouvait prétendre tant qu'elle voulait, elle n'était pas un homme et Terrence l'avait privée de précieux moments et elle avait pris l'habitude de ne plus rien dire à Charley. Elle ne lui avait rien dit le jour où elle était tombée d'un arbre et qu'elle s'était cassée le bras gauche, c'était son père qui au diner avait tenté de la toucher et Freddie avait hurlé, élevant les suspicions. Elle aurait voulu lui demander si tous les hommes étaient des êtres infâmes le jour où elle avait perdu sa virginité et qu'au petit matin on l'avait foutue à la porte, parce que la femme de son cher amant était rentrée à la maison. Elle aurait voulu lui dire qu'elle avait été prise dans une fac de médecine mais elle n'avait rien dit, il ne savait pas non plus que sa soeur jouait du piano ou qu'elle collectionnait les timbres. Et la raison de ce silence prématuré, était là, Freddie avait son visage entre ses mains. Terrence. Elle l'aimait autant qu'elle le détestait, il l'avait privé de sa voix mais il lui avait appris à être forte et à ne compter sur personne et le sourire que Charley avait sur les lèvres quand il était dans les parages... C'était tout simplement magnifique. Et Freddie sourirait à présent et elle déposa un baiser sur le front de Terrence, avant de s'écarter.  "I don't need you, I'm fine, I don't need anyone else besides me. I'm fine." Et comme pour le prouver, elle essuya les larmes sur ses joues et elle remit ses chaussures en place, comme si de rien était, pas de maquillage ruiné car Freddie ne se maquillait quasiment jamais et elle souriait, elle était là, la peste enjouée qu'il connaissait, rien n'était brisé, tout était comme avant.

Et il avait intérêt à croire à ce mensonge-là et la laisser repartir sinon... Sinon elle n'avait pas d'échappatoire.
Revenir en haut Aller en bas
Terrence Everett

Terrence Everett

nowhere we can hide





› Célébrité : Finn Jones
› Messages : 136
› Arrivée en ville : 02/10/2013

On my way to success Empty
MessageSujet: Re: On my way to success   On my way to success EmptyJeu 21 Nov 2013 - 23:51

Le vent froid claquait ses joues rougies à présent, alors qu'il traversait la rue en évitant les voitures il ne prenait pas garde à ce qui l'entourait ou à ses doigts qui s'engourdissaient, le vent qui s'engouffrait sous son t shirt. Il allait tomber malade, pour sur, et il s'en fichait royalement. Tout comme des voitures qui le klaxonnaient et manquaient de le faucher avant qu'il n'atteigne l'autre coté. Elle l'avait entendu. Et lorsqu'il parvint jusqu'à la belle malheureuse une minute plus tard, elle avait pivoté sur place et il dû freiner son élan pour ne pas lui rentrer dedans. Quel gâchis, ce si joli visage gonflé par les larmes, les yeux rouges, peut être aussi l'alcool et la colère. Il ne pouvait empêcher ses sourcils d'aller vers le haut. Il avait encore des progrès à faire avant de devenir comédien, s'il n'arrivait pas à cacher la peine qu'il avait face au résultat de ses bêtises. Il ne savait pas vraiment mentir à sa famille. A Charley et Freddie non plus. " Fre... " Elle avait pris son visage dans ses mains. Les gens passaient leur chemin en soupirant, souriant, qu'imaginaient ils, les fous, il n'osait simplement plus bouger de peur de faire une bêtise qui la fasse repartir dans une tornade folle. Elle avait lâché les chaussures de Cendrillon qu'il lui avait passées au pieds, il ne pouvait plus être son Prince à présent.

Pourtant il aurait voulu, la sauver du haut de son cheval blanc. Le nombre de gens qui avaient du croire, à chaque fois qu'il courrait tête baissée vers les Cavendish, qu'il ne pouvait attendre de la retrouver. Finalement ils passaient de nombreux soirs ensembles dans le salon, oh bien sur il en avait passé d'avantages dans la chambre de Charlz à faire les idiots, où de l'autre côté de la fenêtre, où par monts et par vaux avec lui et lui seul. Mais il allait souvent la harceler lorsque son ami était occupé, où qu'il faisait la tête, ou pour d'autres raisons lorsqu'il avait eu besoin de conseils. Est-ce que M. et Mme Cavendish l'avait cru aussi ? Il n'était plus capable de penser normalement avec ces yeux inquisiteurs braqués sur lui, ses cheveux et les siens qui volaient au vent. Elle n'avait pas idée. Elle lui demandait trop. La laisser tomber, c'était impossible, impensable. Ce qu'elle avait sous entendu plus tôt ? Son cœur battait fort dans sa poitrine, est-ce qu'il aurait pu? Il pourrait. Il l'adorait, il avait dit oui pour tellement moins. Pour remettre un sourire sur son visage et pouvoir la serrer dans ses bras et être sur qu'elle aille bien, il pourrait. Elle s'éloignait, le fantôme d'un baisé laissé sur son front. Il n'arrivait pas à y croire, son manège comme quoi tout allait bien. Il était peut être idiot, égoïste ou pas vraiment attentif, il n'était pas dupe. Il la laissa faire, se rhabiller brièvement, essuyer son visage, redevenir la Freddie qu'il connaissait, mais il n'y croyait toujours pas.

Il passa une main dans ses cheveux, empirant l'état de ses boucles déjà dans un état déplorable, l'air contrit.

" I can't do that... you know me too well, please tell me there's something I can do but don't tell me to leave you there... anything, I will do it I promise. "

Il n'était plus le preux chevalier de quelques heures auparavant et son courage semblait loin, peut être était il resté avec son armure au bar, avec son boulot, sans compter sa dernière paie. Damn. Am I going to do anything right tonight ? Il la regardait et hésita, puis décidant qu'il ne pouvait pas faire pire, il posa ses mains sur les épaules nues de Freddie et déposa un baiser sur la commissure de ses lèvres avant de la serrer contre lui. Là, il avait l'impression d'être utile. Qu'au moins elle aurait moins froid, qu'elle ne lui en voudrait pas ou du moins il ne le verrait pas. Son visage enfoui dans les mèches rouges il se sentait con, et probablement qu'elle aussi était de cet avis. Lui qui pensait que c'était facile de se mettre dans la peau et dans la tête de quelqu'un d'autre, il n'avait manifestement pas assez pratiqué l'exercice. Ce qu'il avait mal au crâne. "Sorry that was a mess... The kiss I mean... But I could, you know, I mean... except I don't want to. But I definitely could. " Il sentait ses lèvres s'étirer malgré lui. Ses continuelles piques sur ses capacités et ses répliques salaces et acides sans cruauté aucune lui manquaient. Leurs disputes sur fond d'insultes mettant en cause sa virilité et le répondant qu'il avait pour elle avant qu'il ne parte se réfugier dans un arbre pour échapper à la sanction n'étaient pas si loin derrière, si on y pensait.

He wanted to go home with her, his friend, his sister, and make amend for whatever he could. He felt like if he could fix this, he could fix everything.




_________________


❝ Anything can Happen, If you believe in It ❞
When the sun has set, no candle can replace it.

Pics from tumbrl Fuckyeahfinnjones ♥️


Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité






On my way to success Empty
MessageSujet: Re: On my way to success   On my way to success EmptySam 30 Nov 2013 - 22:35

Freddie le maudit intérieurement, les bras toujours croisés sur sa poitrine, ce faux sourire sur les lèvres. Oh pourquoi fallait-il que ce soit lui? Pourquoi devait-il autant et aussi bien la connaître? Devant un autre, la rousse aurait été capable de mentir et de jouer son rôle à la perfection. C'était déjà ce qu'elle faisait en permanence et celui qui voulait devenir acteur aurait d'abord dû commencer par demander des conseils à Freddie et à personne d'autre. Elle était passé maître dans l'art de mentir et de se servir de son rire comme première ligne de défense. Voilà bien des années que Freddie n'avait pas véritablement ri, ri aux éclats juste parce qu'on lui avait dit quelque chose de drôle. Elle riait souvent pour ne pas se terrer dans un mutisme latent et souvent pour ne pas tout simplement pleurer ou ne pas tout bêtement hurler. Bête, oui Freddie se trouvait bête et trop rousse et trop grosse et depuis longtemps elle avait appris que le monde se porterait bien mieux si elle ne montrait pas ses faiblesses. Personne n'avait besoin de la voir ainsi, personne ne devait savoir à quel point elle avait froid la nuit, qu'elle finissait toujours par se recroqueviller sur elle-même, cachée sous sa couverture. Plus d'une fois, elle avait murmuré le prénom de sa mère, ça arrivait de plus en plus souvent, elle aurait souhaité que sa mère soit là, avec elle. Pour la gronder, ou même pour la forcer à manger, peu importe, elle voulait juste entendre sa voix, le besoin était de plus en plus grand ces temps-ci et cela tuait Freddie à petit feu. Juste une étincelle, juste une toute petite étincelle et la jolie rousse finirait par s'embraser et elle était certaine qu'il ne suffirait que d'un seul incident pour qu'elle se consume et qu'elle disparaisse. Et pas de doute que Freddie laisserait les flammes la dévorer, peut être qu'elle pousserait un cri, le dernier, histoire de s'éteindre de la manière la plus cruelle possible. Peut être, elle n'avait pas encore décidé et pas certain que la laisse avoir la fin dont elle rêvait, car elle était déjà revenue une fois alors peut être que...

Freddie tremblait quand les mains de Terrence l'effleurèrent, elle avait presque disparu, presque disparu derrière son marque en porcelaine parfait qui ne laissait absolument rien passer. Il réussit cependant à la surprendre, avec son baiser, maladroit, presque enfantin et définitivement... réel. La jeune femme ne s'y attendait absolument pas, pas de sa part, mais, et Terrence était bien égoïste, si son baiser avait quelque peu réchauffer Freddie, ses mots la refroidirent complètement. "Except you don't want to..." répéta t-elle dans une imitation parfaite de la voix de Terrence. Wrong sex, wrong Cavendish, he didn't want her. Freddie poussa un soupir, se sentant plus que jamais vidée, ne pas vouloir quelqu'un était une chose, mais savoir que ce sentiment n'était réciproque... ça... c'était dévastateur. Elle ne pouvait rien y faire pas vrai, cela aurait été complètement stupide d'essayer. Pourtant, la jeune femme se rapprocha de lui, baissant sa garde et posant sa tête sur l'épaule du jeune homme. You don't want me well it's fine, I don't want you either, Freddie se garda bien de murmurer ces mots là , en profitant pour se nicher dans le cou d'Everett pour lui donner l'impression qu'il avait réussi son coup, qu'il allait la sauver. "Can we..." La rouquine marqua une pause, tournant la tête, le fixant de ses yeux en amande, bleu ce soir-là, assorti à sa robe.  "Can we go home?... I mean to your home." murmura t-elle de sa voix la plus douce. Oh oui, elle était une très bonne actrice et elle jouait très bien les animaux blessés, sans aucune défense... Terrence ne pouvait pas l'abattre au sol pas vrai? Cela aurait été tellement cruel, qu'il s'occupe d'elle, qu'il panse ses blessures et tant pis s'il ne voulait pas d'elle. Elle ne voulait pas de lui non plus.  

"I really don't want Charley seeing me like this, I'll call him I swear, but.. can we...just go to your place... please?" Freddie était la plus belle des menteuse ce soir et elle comptait bien en jouer. Tellement en jouer que ses mains finirent par trouver la chemise de Terrence pour tirer sur les pans, s'accrochant à lui comme s'il était la seule chose qui avait un sens là tout de suite. Elle n'y croyait pas mais le désespoir, il était là dans ses yeux et elle était tellement petite et fragile, il ne pouvait rien lui refuser... Pas vrai? N'est-ce pas ô cher Terrence?
Revenir en haut Aller en bas
Terrence Everett

Terrence Everett

nowhere we can hide





› Célébrité : Finn Jones
› Messages : 136
› Arrivée en ville : 02/10/2013

On my way to success Empty
MessageSujet: Re: On my way to success   On my way to success EmptyJeu 5 Déc 2013 - 22:40

Il devait savoir ce que cachaient ces grands yeux levés vers lui, cette voix redevenue douce lui demandant de la ramener chez lui. Il le savait au fond, mais sa culpabilité faisait alors taire son inconscient et lui murmurait qu'elle avait enfin changé d'avis, qu'il avait réussi. Il n'avait pas l'impression de se voiler la face, il voulait tellement croire qu'il était encore un prince charmant et qu'il pouvait lui venir en aide qu'il n'y regarda pas à deux fois, et lui sourit gentiment. Il n'avait pas été maladroit, il l'avait convaincue. " Bien sûr.. c'est mieux, on n'est pas loin en plus... tiens, prends ça. " et retirant le sweat qu'il portait sous son costume de serveur abandonné au bar, il lui posa sur les épaules, attendant qu'elle remette ses chaussures de princesse avant de partir en direction de chez lui. C'était vrai qu'il n'habitait pas loin, il avait choisi le boulot exprès pour perdre un minimum de temps entre les allers retours entre chez lui, ses cours, ses répétitions, son autre job. Il en trouverait un autre, il ne se faisait pas de soucis là dessus. Il ne se fixait pas de barrière et n'avait pas peur de l'inconnu, il était capable de charmer quel qu’employeur que ce soit jusqu'à l'embauche, et faire de son mieux dans beaucoup de domaines. Non, ce qui lui causait du soucis à présent, c'était Freddie. Elle acceptait son aide pour ne pas avoir à se justifier auprès de Charley et ça il pouvait comprendre. Il l'avait déjà fait à l'inverse, à de rares occasions. Lorsqu'il n'avait pas voulu croire à ses mises en gardes et qu'il s'était heurté aux conséquences de ses actes. Il avait eu honte, c'était rare, et n'avait pas osé lui en parler. A ses sœurs non plus, il n'avait pas expliqué à Fred pourquoi, il l'avait juste embêtée jusqu'à ce qu'il ait réussit à laisser passer l'orage dans sa tête ou dans son cœur et jusqu'à ce qu'il oublie et se sente mieux. C'est que souvent, c'était au sujet de son frère... qu'aurait-il bien pu lui dire?

Ils arrivaient dans un quartier plus calme, avec peu de circulation. Les phares des voitures et le bruit des roues sur l'asphalte humide se faisaient rares, et les lampadaires espacés éclairaient à peine le trottoir où ils marchaient. Terrence cherchait quelque chose à dire, lui d'habitude si loquace, rien ne venait qui lui paru une bonne idée sur le moment. " Juste... ne fais pas de bruit, ok ? Si mes sœurs savent que je t'ai fait monter dans ma chambre je ne vais pas avoir la paix avant des siècles. " il ajouta avant de pousser prudemment la porte du jardin. Déjà que beaucoup se faisaient des idées et le titillaient quand il dormait chez les Cavendish à l'époque, que ce soit Charley ou elle, il ne voulait pas en rajouter. Pas en ce moment. Leur maison n'avait rien de digne de ce nom, tout comme l'espace vert qui s'étendait devant. On aurait plutôt dit une cabane en pleine jungle, à l'image des Everett, tout était indompté, fou, semblait vouloir s'exprimer en débordant de tous les côtés. Il ouvrit la porte et retirant ses chaussures il grimpa les marches sur la pointe des pieds. Ils ne roulaient pas sur l'or et étaient nombreux ici, aussi ses sœurs partageaient une chambre en fonction des affinités - et en changeaient souvent. Il avait eu la chance d'être le seul garçon et avait hérité de la plus petite en sous-pente. Et il l'aimait d'amour.

Dégageant un chemin sur son passage il fit demi tour et couru fermer la porte derrière Freddie pour éviter que d'autres ne les entendent. Il entreprit alors de faire de la place sur le sol et sur les meubles, sachant pourtant parfaitement que c'était peine perdue. Sa personnalité avait comme explosé sur les murs, partout dans la pièce jusqu'au plafond en lambris incliné. Des posters d'acteurs, d’actrices, de Disneys et de groupes de musiques plus que variés couvraient chaque centimètre. Près de son lit et son bureau il y avait aussi des photos, beaucoup avec Charley, d'autres avec ses amis de classe ou de cours de théâtre. Ce n'était pas bordélique à proprement parler, mais visuellement encombré, ça oui. Il tira une couette supplémentaire de dessus l'armoire et la jeta par terre à coté du lit. Puis Terry se dirigea vers son étagère et en sorti un grand sweatshirt et un caleçon " Take your clothes off... " puis se tourna vers elle, les yeux écarquillés. " I mean no, not that you should, of course, just... rha ! " Il abandonna et soupirant et en faisant de grands gestes d'impuissance, puis lui sourit de nouveau. Il l'avait déjà vu nue, par accident et s'était pris plusieurs objets dans la figure avant de détaller. Elle était belle, plus belle que la pluspart des femmes sur ses murs, avec sa chevelure d'ambre et sa silhouette fine. Ce soir elle n'était rien de moins à ses yeux, même épuisée et après avoir crié et pleuré, il la trouvait magnifique. " Prends le lit OK ? Tu veux que je te raconte une histoire avant de dormir? Je sais que tu adores m'écouter raconter des histoires... je te laisserai même changer les détails si tu veux ! "

Il ferait les choses jusqu'au bout. Il devait aussi prévenir Charley, lui envoyer un texto quand elle ne regarderait pas. Il ne voulait pas la mettre en colère, mais inquiéter son frère ne faisait pas partie du plan non plus. Du plan. Est-ce qu'il essayait, comme elle l'avait suggéré, de gagner des points auprès de lui en s'occupant d'elle ? Il n'en avait pas l'impression, il agissait par impulsion égoïste la plupart du temps, sans s'en rendre compte, mais jamais par intérêt. Du moins il le pensait.Ce soir là il avait besoin de plus pour s'auto persuader.


_________________


❝ Anything can Happen, If you believe in It ❞
When the sun has set, no candle can replace it.

Pics from tumbrl Fuckyeahfinnjones ♥️


Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé







On my way to success Empty
MessageSujet: Re: On my way to success   On my way to success Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

On my way to success

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HOW TO CATCH A MONSTER. :: Administratif :: the news aren't good :: sujets rps-