AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez
 

 I'll try my best for you | ft. Neil Austin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

Invité






I'll try my best for you | ft. Neil Austin Empty
MessageSujet: I'll try my best for you | ft. Neil Austin   I'll try my best for you | ft. Neil Austin EmptyMer 30 Oct 2013 - 13:27

I'LL TRY MY BEST FOR YOU

I'll try my best for you | ft. Neil Austin Tumblr_mvajv6dnyF1ssqi8go6_250 I'll try my best for you | ft. Neil Austin Tumblr_lys0g074Tr1qgrjt5o1_250


La chute était inévitable.
Elle court. Encore et toujours. Quand elle jette un œil derrière elle, c’est toujours le même visage qu’elle voit. Il ne court pas lui, il est juste là. Derrière elle. Comme s’il attendait qu’elle tombe pour mieux l’enterrer. Il sourit à peine. C’est son regard des mauvais jours, quand il sait que quelque chose ne va pas lui plaire. Et elle ne peut rien lui dire. Elle s’en veut de lui avoir fait mal. Elle s’en veut de lui avoir menti. Elle court toujours. Il est toujours derrière elle. De l’autre côté, un autre visage, souriant, qui lui ouvre les bras et l’attend. Mais elle a l’impression que plus elle court pour échapper au visage derrière elle, plus celui devant elle s’éloigne. Elle commence à s’essouffler, à se fatiguer. Elle se dit que cette course ne finira jamais. Et soudain. Elle tombe. Plus de visage derrière elle, plus de visage elle. Elle tombe seulement dans un trou sans fond. Elle pense que c’est fini même s’il n’y a pas eu de halo de lumière. Elle ne s’est jamais sentie aussi sereine. Alors elle voudrait que ça continue. Pour toujours. Pourtant…. Elle commence à distinguer les parois et prendre conscience de la sensation de chute. Elle va vite. De plus en plus vite. Elle a peur et elle ferme les yeux. Soudain, des bras la rattrape et elle ouvre les yeux.


La lumière était éblouissante dans la petite chambre d’hôpital dans laquelle Ivy se trouvait. Ses yeux mirent un moment à s’habituer aux murs blancs, aux meubles blancs, aux draps blancs de son lit. Elle se sentait moite et sale. La fièvre ne lui réussissait décidément pas. Les draps étaient bien froissés, signe qu’elle avait eu un sommeil très agité. Combien de temps avait-elle dormi au juste ? Elle se redressa légèrement sur les coudes, un mal de tête lui vrilla les tempes et elle due se rallonger, la tête dans le coussin blanc. Il cligna des paupières un moment et aperçut une silhouette près du lit, endormie, elle l’observa un long moment avant de sourire légèrement. N’avait-il pas du boulot ? Il était en blouse, et pourtant, il était là, près d’elle comme s’il avait passé la nuit entière à la veiller. Il avait dû appeler Terrence pour s’occuper de John.

Les souvenirs lui revenaient lentement. Elle avait aperçu Jared il y a quelques jours et pour l’oublier, elle avait dansé, et elle ne se souvenait pas avoir arrêté. Sans doute était-elle tombée dans les pommes à ce moment-là ? Elle avait tout de même du couver une grippe bien avant si elle avait eu de la fièvre comme elle le soupçonnait. Elle soupira doucement et essaya de se redresser sans faire de bruit dans le lit. Elle ne voulait pas réveiller Neil, qui sait à quelle heure il avait fini par s’endormir. Elle savait que dans son tourment, elle avait de la chance de l’avoir à ses côtés et elle culpabilisait beaucoup de ne pas réussir à lui rendre son amour. Oh elle faisait des efforts, son devoir conjugal, elle le faisait. Et au fil des années, c’était de plus en plus facile car oui, elle l’aimait son mari, simplement, elle ne parvenait pas à effacer, à tourner la page comme elle aurait déjà du le faire il y a longtemps. Elle l’aimait, mais pas comme elle le devrait.

Elle se passa la main sur le front, la douleur dans sa tête était lancinante, comme si un sabre lui avait transpercé la boîte crânienne. Il faudrait qu’elle demande une aspirine…
Revenir en haut Aller en bas
Arabelle Scarborough

Arabelle Scarborough

we will not destroy





› Célébrité : Natalie Portman
› Crédits : Hey jude (avatar) ; tumblr & victor's piano theme (sign ; gif profil)

› Messages : 94
› Arrivée en ville : 29/10/2013
› Âge : 29

I'll try my best for you | ft. Neil Austin Empty
MessageSujet: Re: I'll try my best for you | ft. Neil Austin   I'll try my best for you | ft. Neil Austin EmptyMer 30 Oct 2013 - 14:46



I'll never let you go.


L'amour. La beauté. Tout cela, pour Neil était résumé en une seule personne : sa chère et tendre femme. Il la voyait comme la perfection, pas comme si elle n'avait aucun défaut, simplement qu'ils semblaient s'allier d'une douce façon avec ce que le chirurgien avait toujours voulu. Il la regardait souvent dormir, le soir. Parce qu'il savait pertinemment qu'il ne la rendait pas heureuse comme il l'aurait voulu. Non pas qu'il la rende malheureuse, disons simplement qu'il aurait aimé lui offrir plus, toujours plus. Comme si rien ne suffisait jamais à satisfaire les yeux de la douce. Aussi cliché soit-il si elle avait voulu la lune, il aurait sûrement trouvé un moyen de lui offrir.

L'homme regrettait de ne pas pouvoir être plus là pour elle, parce qu'il faut avouer que son métier lui prenait beaucoup de son temps. Lorsqu'il n'était pas en consultation, il se retrouvait en formation ou en conférence un peu partout dans le monde. Pourtant, le médecin ne perdait pas une seconde pour tout quitter si sa femme ou son fils avaient un problème. Cela n'était pas arrivé très souvent, et d'une nature plutôt optimiste, Neil espérait que ça n'arrive jamais, dans l'idéal. Mais nous le savons tous, la réalité est loin d'être l'idéal. Et c'est pour ça, que ce jour là, lorsque son grand ami, urgentiste, est entré dans la salle d'opération avec une mine de six pieds de long, l'homme l'a regardé et en une seconde tout a basculé. Ses yeux se sont emplis de larmes, sûrement parce qu'à défaut d'avoir vécu des trucs horribles, Neil avait trop peur de perdre les gens, donc, imaginait assez facilement le pire. L'homme ne mit pas longtemps à lui expliquer, dans sa blouse blanche, l'arrivée de sa femme à l'hôpital.

Elle n'était pas en danger, non, simplement elle ne pouvait pas non plus rentrer. Et ça, Neil ne le supportait pas. Autant il aimait son travail, autant l'hôpital en lui-même, il avait souvent du mal. Alors il prit le temps de finir ce qu'il avait commencé, confiant sa douce aux mains des meilleurs. Sortant de la salle, lavant ses mains, retirant sa charlotte et enfilant sa blouse brodée de son nom, il se dirigea exactement où on le lui avait dit. Le cœur serré, un peu amoché par la nouvelle, il errait plus qu'il ne marchait dans les couloirs. Ne supportant pas l'idée de la voir souffrir il espérait simplement qu'elle dorme. Elle sourit, Ivy, quand elle dort. Qu'est-ce qu'elle est belle, quand elle sourit. Il eu un léger rictus à cette pensée, comme envoûté à cette simple idée. Arrivée devant la chambre, son ami l'attendait, dossier en main. Ils parlèrent peut-être dix minutes, des détails. Du fait qu'elle n'allait pas se réveiller tout de suite. Du fait qu'elle avait besoin de repos. De soutien. De lui. Neil dit qu'il ne la laisserait pas. Dossier en main, il se dirigea d'abord au secrétariat, annuler ses rendez-vous, au moins jusqu'à ce qu'elle ouvre les yeux. Appeler Terrence, confier leur fils. Il faisait ça sans réellement réfléchir, mécaniquement. Il eut son garçon au téléphone, lui promettant de lui donner des nouvelles toutes les deux heures. L'homme avait même eu le droit à un « si tu l'fais pas, j't'aime plus moi ! ». Souriant aux mots si innocents de l'enfant, il n'avait désormais plus qu'à ouvrir la fameuse porte.

Les collègues de l'homme avaient été gentils, lui donnant une bonne chambre, avec une belle vue. Neil appréciait l'attention, mais sans être capable de dire un mot, la gorge nouée par la situation il se décida finalement à abaisser la poignée de la porte dans une grande délicatesse, la refermant sans un bruit. Tel un fantôme, il s'asseyait à côté d'elle, là, juste là. Ne voulant pas la réveiller, il ne la touchait pas. Il la regardait juste. Sa magnifique femme, son ange parfait. Il sourit à la vue de son visage, aussi fatigué et tiré soit-il, il n'en restait pas moins extraordinaire. L'amoureux resta là une minute, peut-être deux. Sans un bruit, sans une activité. Il l'observait. Une heure passa, puis deux. « Maman va bien, elle dort comme un ange. Repose toi. », et une nouvelle, puis une autre. Il restait là, envoyant les messages à l'enfant, sans un mot. L'atmosphère était apaisante, douce, par la simple présence d'Ivy dans la pièce. Neil luttait contre la fatigue, encore une heure. Peut-être même deux. Mais il finit par céder, s'endormir, portable en main, en blouse, sur cette chaise pas très confortable. Il s'en fichait, il ne s'en rendait même pas compte. Quand Ivy était là, il n'y avait plus qu'elle au monde.

Il s'endormit une heure, peut-être deux ? Toujours est-il qu'un simple sentiment, une simple intuition lui fit ouvrir ses yeux. Doucement, y voyant encore un peu flou il vit le visage de son amour. Souriant tendrement, il la voyait agir comme un chat pour ne pas le réveiller. Se relevant un peu, passant délicatement une main sur son visage, il lui lança, presque murmurant. « Comment tu te sens, petit soleil de mes nuits ? »

Observant l'heure, une seconde, il prit le temps d'envoyer au garçon que les yeux de sa mère laissaient entrevoir leur beauté. Il posa son bippeur et son téléphone sur la table de chevet, avant de s'approcher d'elle et poser une main sur son front, si tendrement qu'il s'en donnait presque des frissons. « Tu as trop de fièvre... je vais aller te chercher ce qu'il faut. As-tu mal quelque part.. ? Si tu ne veux pas parler, tu peux simplement me faire un signe. Je vais t'apporter un thé chaud, j'en ai de la maison, du bon, de chez moi, ici. Il te fera du bien. », d'un sourire il laissa sa main glisser sur la joue de sa bien aimée avant de la laisser rejoindre son autre main, au coin du lit. « N'hésite pas, si tu as froid, surtout. Et je vais arrêter de parler, parce que tu vas avoir mal à la tête. » l'air malicieux, il se releva, déposa un baiser sur son front et ajouta, le plus simplement du monde. « La douce couleur de tes yeux me manquait, mon amour. »

_________________


 
 
 
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité






I'll try my best for you | ft. Neil Austin Empty
MessageSujet: Re: I'll try my best for you | ft. Neil Austin   I'll try my best for you | ft. Neil Austin EmptySam 2 Nov 2013 - 17:52


Take my hand & don’t let me fall into my dark side


Les volets n’étaient pas fermés et la lumière du jour s’infiltrait à travers les carreaux cognant contre un des murs. Neil n’était pas baigné dedans, ce n’était donc pas cela qui risquait de le réveiller. La jeune femme observait, silencieusement, ce qu’elle pouvait apercevoir par la fenêtre. Des arbres, les toits de quelques bâtiments, mais elle était trop éloignée pour regarder ce qu’il y avait en contrebas. Un oiseau était posé sur une des branches, il regardait un peu partout solitaire qu’il était, comme perdu. Elle pouvait le deviner en train de pépier quelques mots, peut-être pour retrouver les siens mais tout cela était vain. Elle cligna des yeux, encore fatiguée par la migraine qui lui lancinait les tempes. Elle avait chaud mais c’était supportable. Un autre oiseau rejoint le premier sur la branche et les deux s’envolèrent ensemble lorsqu’un murmure résonna derrière elle. Cette voix, elle la connaissait bien. Elle sourit et tourna la tête vers son mari.

Il tapota sur son téléphone un moment avant de venir la rejoindre. Le médecin qu’il était ne put s’empêcher de poser une main sur son front et déclarer qu’elle avait encore de la fièvre. Elle le regarda, silencieuse un moment à le laisser parler. Il s’était sans aucun doute inquiéter. Tout ça parce-qu’elle avait essayé de se sortir un autre homme de la tête. Elle avait l’impression de le trahir, de le tromper à chaque fois que son esprit se mettait à détailler les traits de Jared et ça lui faisait mal. Elle prit sa main dans la sienne et la serra doucement. « Merci d’être là… je n’ai besoin que de toi. » Elle voulut s’approcher de lui mais la douleur dans sa tête l’en empêcha… « Et… peut-être d’une aspirine aussi… j’ai une migraine horrible… » Ses paroles étaient tendre et lui réchauffait le cœur. Elle lui sourit et glissa sa main contre sa joue. « Je parie que tu n’as pas beaucoup dormi cette nuit, tu aurais dû rentrer… tu vas être épuisé aujourd’hui, par ma faute. Est-ce que… est-ce que tu sais quand je pourrais rentrer à la maison ? Je ne me souviens pas avoir été amené à l’hôpital…. Je me souviens de la salle de danse, et j’avais chaud… mais rien d’autre… »

Elle tendit la main vers sa table de chevet pour attraper le verre d’eau qui s’y trouvait et elle en but quelques gorgées. Elle se sentait encore faible mais ne pensait pas avoir besoin de rester plus longtemps à l’hôpital. Si elle avait besoin de repos, elle pouvait tout aussi bien se reposer chez elle, avec son fils et son mari pour la réconforter. Elle n’aimait pas les hôpitaux et même si elle concevait que ce bâtiment était utile, elle préférait s’en tenir éloignée autant qu’elle le pouvait. Faire le métier de Neil ? Jamais elle n’aurait pu. Trop de sang. Trop d’hôpital. Trop de malade. La mort était quelque chose de bien étrange dans cette ville, sa meilleure amie, d’ailleurs était revenue à la vie il y a quelques mois de cela et cela l’avait profondément marquée. Etait-il possible que les morts ressuscitent ailleurs que dans cette ville ? Autant dire que faire son deuil dans ces conditions était particulièrement compliqué, voire impossible. Certains devenaient fous. Elle avait entendu parler de cette acteur donc la sœur était décédée dans un accident de voiture. Son neveu et sa nièce semblaient être ce genre de personnes, ces morts revenus. Et elle le plaignait sincèrement. Que ferait-elle si jamais cela arrivait à Neil ? Et si cela arrivait avant qu’elle soit parvenue à l’aimer correctement ? Et s’il revenait ? Comment pourrait-elle le traiter ?

Elle balaya ces réflexions de son esprit. Neil était là, devant elle et bien vivant. C’était tout ce qui comptait. « Johnny ?... » demanda-t-elle doucement en sachant pertinemment que son mari avait tout géré à la perfection. Mais après tout, elle était mère, et elle ne pouvait s’empêcher de s’assurer que son enfant était en sécurité. Neil était parfait, elle n’avait jamais douté un seul instant de cela.
Revenir en haut Aller en bas
Arabelle Scarborough

Arabelle Scarborough

we will not destroy





› Célébrité : Natalie Portman
› Crédits : Hey jude (avatar) ; tumblr & victor's piano theme (sign ; gif profil)

› Messages : 94
› Arrivée en ville : 29/10/2013
› Âge : 29

I'll try my best for you | ft. Neil Austin Empty
MessageSujet: Re: I'll try my best for you | ft. Neil Austin   I'll try my best for you | ft. Neil Austin EmptySam 2 Nov 2013 - 18:50



Take my hand, my heart, my soul, I'm yours.


Neil n'attendait qu'une chose, que la voix de sa douce se fasse entendre. Son regard était déjà rassurant, certes, mais le fait de pouvoir entendre le son si doux sortir de sa bouche apaiserait définitivement son cœur. L'homme fixait discrètement ses lèvres, attendant qu'elles s'ouvrent, ne rêvant que de poser les siennes dessus. Elle ne mit pas très longtemps à se faire entendre ce qui le fit sourire en quelques instants.

Soulagement. Le médecin respira un peu mieux, son cœur retrouvant sa place dans sa poitrine et se souvenant pourquoi il battait. La voix d'Ivy le laissa se perdre un instant dans les abysses d'un monde idéal où tout irait bien, où sa voix lui dirait qu'elle l'aimait et que tout était parfait puisqu'il n'y avait qu'eux. Dessinant un sourire sur son visage, cette pensée s'envola assez vite, laissant simplement place à la pureté de sa femme. Elle ne l'aimait peut-être pas comme lui le faisait, mais cela ne l'empêchait pas de la trouver parfaite et de ne vouloir la changer pour rien au monde. Les mots de la douce touchèrent l'homme au plus profond de son être. Elle avait toujours été adorable, toujours douce, mais parfois, elle avait ce mot, ce mot parfait, celui qu'on ne devine pas. Qu'on dit sans penser réellement, qui sort tout seul et qui vous perce de part en part. Elle l'avait dit, en murmurant qu'elle n'avait besoin que de lui. Vrai ou non, Neil ne pouvait que la croire sur l'instant et s'en voir plus que touché. L'espace d'un instant il sentit même une larme frôler sa paupière, elle ne tomberait pas, mais elle existait. Il n'en dirait pas un mot, bien évidemment, mais en cet instant, il était encore plus fou d'elle qu'au précédent.

Voyant la douleur prendre place sur son visage l'instant d'après le chirurgien descendit bien trop vite de son nuage pour se prendre l'hôpital en pleine face. Parce qu'évidemment, tout n'était pas rose, il ne fallait pas oublier qu'un instant avant, peut-être deux, il se demandait quand elle allait bien pouvoir ouvrir les yeux. Affichant une moue légèrement triste, il lui sourit, hochant simplement la tête pour lui dire qu'il allait lui apporter ça. Ça et tout le reste d'ailleurs. Le mari lui apporterait le Nil si elle voulait, ou un simple carré de chocolat si elle préférait. Il fut comme blessé par les mots de sa femme. Il savait pertinemment que son cœur appartenait à un autre mais il n'en restait pas moins lessivé de la voir dans cet état pour ça, ou pour quoique ce soit d'autre, d'ailleurs. Il ne supportait pas l'idée de la perdre, d'imaginer un lendemain sans elle. Pourtant, se voulant rassurant, il lui sourit avant de se décider à prendre la parole.

L'observant attraper son verre, il surveillait le moindre de ses mouvements, prêt à intervenir au moindre besoin, problème, envie... n'importe quoi. Constatant qu'elle se débrouillait très bien toute seule il leva son regard pour croiser le sien, et d'une voix douce lui susurra. « Tu es tombée, tu n'as pas du te rendre compte que ton corps criait qu'il voulait dormir... Ce n'est pas très grave, mais tu vas devoir rester là je crois... Il faut que quelqu'un puisse te surveiller au cas où tu ne te sentes pas bien. Tu as une pneumonie petit ange, et il ne faut pas que tu forces trop, tu risquerais de t'abîmer. On abîme pas un ange... tu sais ? Surtout pas le mien. » Souriant à ses propos, il remit les cheveux de sa douce derrière ses oreilles caressant au passage son tendre visage épuisé.

Sachant que seul son fils pourrait lui redonner le sourire, surtout après les mots qu'elle n'aurait pas voulu entendre, il ajouta. « Ton fils m'a menacé de ne plus m'aimer si je ne lui disais pas comment tu allais, tu sais ? Mais ça va, il m'aime encore. », un léger rire sorti de la bouche de l'homme avant qu'il ne continue. « Il va bien, il est avec Terrence, comme tu peux l'imaginer. », caressant toujours délicatement sa femme, il réfléchit un instant, avant de lui dire. « Tu sais, on peut rentrer, si tu le veux. Tu devrais rester deux jours ici, je peux prendre mes congés, je n'en prends jamais et mes rendez-vous sont déjà annulés... Je te surveillerai... »

Se doutant qu'elle refuserait, ne voulant pas le perturber, l'importuner ou n'importe quoi, il ajouta, sourire en coin. « Je suis un assez bon médecin, il paraît. Je crois que je peux réussir. Et puis, ça ne me ferait pas de mal de me reposer. De pouvoir veiller sur toi... Imagine, quarante-huit heures avec un ange à ses côtés... C'est un peu comme un rêve devenu réalité ! », lâchant délicatement la joue de son amoureuse, il attrapa son téléphone, le glissant dans sa blouse avec son bippeur, avant de conclure par, « Un mot, et je suis à toi. Tout à toi. »

_________________


 
 
 
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité






I'll try my best for you | ft. Neil Austin Empty
MessageSujet: Re: I'll try my best for you | ft. Neil Austin   I'll try my best for you | ft. Neil Austin EmptyMer 6 Nov 2013 - 13:57


Please be patient with me. I’m coming for you.



Le voile devant ses yeux s’estompait peu à peu. La douleur se mettait un peu en sourdine, comme si elle attendait le moment où elles seraient seules pour s’emparer à nouveau d’elle. Mais Neil était là, sa présence la faisait fuir, comme il l’avait toujours fait et Ivy souriait légèrement en l’écoutant lui expliquer pourquoi elle s’était retrouvée ainsi à l’hôpital. Elle se souvenait mais tout était flou dans son esprit et elle parvenait à remettre les choses à leur place peu à peu. La raison pour laquelle elle n’avait pas écouté son corps, elle ne la dirait jamais à Neil. Elle avait bien trop honte de réagir encore comme ça après tout ce temps-là. Cinq années, d’autres auraient déjà tourné la page depuis longtemps mais elle n’avait pas pu. Elle avait oublié un temps. Et tout était revenu comme un coup de boomerang lorsqu’elle avait vu Jared de loin, libre. Comme avant. C’était un fait qu’elle ne pouvait nier : elle l’aimait toujours. Pourtant s’ils avaient la possibilité de recommencer, elle n’était pas certaine de l’accepter. Sa vie aujourd’hui, c’était Johnny et Neil et ce qui lui faisait le plus de mal c’est le mensonge qu’elle maintenait tous les jours à bout de bras et encore plus maintenant que le père biologique était libre de ses mouvements. N’était-ce pas son droit de savoir qu’il était père ? Bien sûr que si. Mais elle avait trop peur pour le lui dire. Elle le connaissait, il n’était pas du genre violent mais pour son fils, qui sait ce qu’il serait capable de faire. Et s’il lui prenait ? S’il en demandait la garde et qu’il le lui enlevait à cause de ses mensonges ?

Elle glissa une main dans celle de son mari et la serra doucement. Elle les regardait, les doigts qui s’entrelaçaient en quête de tendresse. Leur fils avait tout le bagou nécessaire d’un grand avocat et ce n’était pas un malaise de sa mère qui le lui ferait perdre, même à cinq ans. Elle sourit encore, amusée. « Johnny est vraiment incorrigible… tu as dû être pendu au téléphone toute la nuit pour le tenir au courant j’imagine… » Mais pour l’instant, le fils voulait faire comme son père, il voulait être un grand médecin et cela les faisait sourire tous les deux lorsqu’il commençait à parler de ça. Il voulait sauver les gens « comme papa ». Et Ivory avait toujours une boule dans la gorge lorsqu’il disait ça. Viendrait le jour où il faudrait lui dire que Neil n’était pas son père biologique, et ce jour se rapprochait dangereusement s’ils voulaient éviter les crises de l’adolescence à ce propos. Ils n’en avaient encore jamais parlé, Neil et elle. Il faudrait pourtant en passer par là un jour ou l’autre, mais elle repoussait toujours au lendemain car elle n’avait pas la force qu’il aurait fallu pour cela.

Alors elle l’écouta un peu plus. Neil voulait prendre des jours de congés, seulement pour elle, pour s’occuper d’elle, à la maison et ne pas la laisser à l’hôpital. Elle n’était pas sûre que ce soit une bonne idée. Elle voulait rentrer, c’était évident, mais elle ne voulait pas gêner Neil dans son travail. Mais il avait anticipé sa réaction et il lui expliqua que cela lui ferait du bien à lui aussi. Elle le regarda dans les yeux, pour dénicher une parcelle de mensonge et d’imperfection qui la rendrait elle-même moins coupable de sa félonie mais rien de tel ne brillait. Seulement un amour inconditionnel, un dévouement permanent et une passion qui la mettait parfois mal-à-l’aise. Elle resta un moment silencieuse avant de pencher la tête et détourner les yeux. « Je ne parviendrais pas à te faire changer d’avis n’est-ce pas ? » Une infirmière entra pour prendre la température de la malade. Une autre employé déposé un plateau de petit-déjeuner devant elle mais Ivy le repoussa aussitôt, elle n’avait pas faim et se sentait plus barbouillée qu’autre chose. Si en plus, il lui fallait ingurgiter de la nourriture d’hôpital, elle ne guérirait jamais. « Rentrons Neil… s’il-te-plait… tu… me ferais un porridge ? » Elle leva les yeux vers lui. Avec lui, elle était certaine d’être sur pieds dans deux jours. Il était comme ça Neil. Le meilleur médecin de la terre.
Revenir en haut Aller en bas
Arabelle Scarborough

Arabelle Scarborough

we will not destroy





› Célébrité : Natalie Portman
› Crédits : Hey jude (avatar) ; tumblr & victor's piano theme (sign ; gif profil)

› Messages : 94
› Arrivée en ville : 29/10/2013
› Âge : 29

I'll try my best for you | ft. Neil Austin Empty
MessageSujet: Re: I'll try my best for you | ft. Neil Austin   I'll try my best for you | ft. Neil Austin EmptyLun 11 Nov 2013 - 16:22



I'll be there for you.


La douceur, la tendresse. La beauté d'un simple geste. Le fait de voir Ivy glisser sa main délicatement dans la sienne. La fraîcheur de ses longs doigts fin au creux de sa main. Neil l'avait attrapée sans trop la serrer, mais alors que la chaleur de ses propres doigts semblait frissonner au contact de celle de sa douce, lui souriait simplement de la voir avoir ce geste envers lui. Elle avait beau ne pas l'aimer comme il le voulait, il n'avait jamais douté de la tendresse qu'elle pouvait éprouver pour lui. Le docteur l'admirait même un peu, pour ça. Parce qu'il n'avait jamais éprouvé de la tendresse pour quelqu'un d'autre que pour ses beaux yeux, et il en était fou amoureux, alors comment pouvait-elle dissocier les deux sentiments ? Jamais il n'oserait lui demander, lui en parler, mais pourtant il restait émerveillé par cette pensée. C'est sans doute une des petites choses qui faisait qu'il l'aimait un peu plus chaque jour, chaque minute. A chaque geste, son cœur se déliait un peu plus de ses chaînes laissant Ivy prendre encore plus de place. Neil n'avait pourtant pas peur de voir cette place grandir et se graver dans l'éternité. Parce que c'était déjà trop tard, depuis le premier instant, depuis le premier jour, c'était trop tard. Elle avait déjà eu cette place que personne ne prendrait, qui avait ce goût d'éternité.

Souriant et acquiesçant les propos de sa douce par rapport à leur fils, il ne put s'empêcher de cacher un petit rire. Parce que oui, c'était leur fils. Leur fils n'était pas le fruit de leur amour, il n'était d'ailleurs pas leur fruit à eux du tout, mais pourtant, il était devenu le fruit de la tendresse, du respect, de la douceur. Après tout, se demandait souvent Neil, tout cela n'était-il pas plus important que l'amour ? Ils lui offraient une stabilité, un environnement idéal pour se développer et grandir. Peut-être même réussiraient-ils à lui offrir une vision différente de l'amour, plus terre à terre et réaliste. Moins époustouflante, certes, mais plus durable. Le docteur souriait à sa femme en ayant cette pensée. Nombre de fois, sans prévenir, il lui disait merci. Merci, tout simplement. Parce qu'elle lui rendait la vie belle, elle arrivait à rendre ses pensées tendres, le laissant croire à un bonheur simple mais efficace. Neil connaissait bien sa femme, mieux que la paume de sa main. C'est pour cela qu'il avait su anticiper sa réponse et, malgré tout, il savait qu'elle relèverait la remarque. Juste au cas où. Même s'il n'avait jamais été question que Neil l'a laisse, puisqu'il ne l'avait d'ailleurs jamais fait. Lui souriant, droit dans les yeux, sans avoir à ajouter un mot, puisqu'elle connaissait déjà la réponse à sa question, il lui caressa les cheveux au moment où quelqu'un vint interrompre leur moment d'intimité. Saluant poliment les employés, le médecin vît sa femme repousser le plateau avec un certain dégoût, ce qui lui fît afficher une moue désolée.

Il savait que la nourriture de l'hôpital était loin d'être la meilleure, pourtant il fallait qu'elle mange, et si jamais elle insistait à refuser son offre, il se verrait obliger de la contrer pour la forcer à manger. L'idée de la contrarier en l'obligeant à faire quelque chose lui brisait le cœur. Mais sa douce le sortit de ses pensées en acceptant indirectement son offre. Il soutenait son regard, la frôlant d'une main peu assurée et d'un œil aussi tendre que possible il hocha la tête. « Ne bouge pas. » dit-il, le plus simplement du monde, avant de se lever. Il lui baisa délicatement le front avant de partir, les mains dans les poches de sa blouse et de fermer la porte. Se dirigeant vers l'accueil, il se posa face à une secrétaire et dit simplement. « Je suis le docteur Austin. Pourriez-vous me laisser prendre le téléphone s'il vous plaît mademoiselle ? » dans un sourire maladroit elle lui tendit le combiné. Composant le raccourcis qui lui donnerait directement son chef de service au bout du fil, il patienta quelques secondes, observant niaisement la porte de la chambre de sa femme. Alors qu'enfin se faisait entendre la voix de la femme il commença. « Ivy va mieux, mais elle veut rentrer à la maison. Je pars pour les prochaines 48h, si jamais il y a une urgence tu m'appelles ? », il ne pût s'empêcher de rire à la réponse de cette dernière qui lui disait qu'enfin, il allait prendre des congés dans un rire amical.

Redonnant le combiné à sa propriétaire, il posa un dossier à ses côtés et signa les papiers de sortie de sa femme. Montant à un autre étage afin de récupérer les médicaments nécessaire, il mît une vingtaine de minutes avant de rouvrir la porte de sa bien aimée. « Désolé, j'ai été un peu long. Dit-il, maladroit. Mais on peut y aller maintenant. », prenant soin de ranger ses affaires, il lui tendit son manteau dans l'armoire, prenant sa propre blouse dans sa main, tout en douceur. Il conduisait sa douce jusqu'à la sortie de l'hôpital. Passant quelques minutes en silence, il décida de le rompre, de peur qu'Ivy ait de mauvaises pensées, il passa son bras autour de son épaule avant de lui dire, mielleusement.

« Mon soleil, tu veux qu'on fasse la surprise à John, et qu'on aille le chercher chez Terrence ? Il sera tellement content de te voir, et je pense que toi aussi. », le tout accompagné d'un sourire, il conclut par, « Une fois à la maison, je te ferai tout ce que tu veux. Je te donnerai même une cloche pour que tu me sonnes, si tu veux ! », avant de lui baiser la main et ouvrir la voiture, il la regarda encore une fois. Avec tendresse et amour, comme il le faisait si bien. Au fond, Neil était heureux de rentrer chez lui. Les moments avec sa femme étaient précieux pour lui, et finalement un peu trop rares.

_________________


 
 
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé







I'll try my best for you | ft. Neil Austin Empty
MessageSujet: Re: I'll try my best for you | ft. Neil Austin   I'll try my best for you | ft. Neil Austin Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

I'll try my best for you | ft. Neil Austin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HOW TO CATCH A MONSTER. :: Administratif :: the news aren't good :: sujets rps-