AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez
 

 Lift issues | ft. Timothy L. Carrington

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité

Invité






Lift issues | ft. Timothy L. Carrington Empty
MessageSujet: Lift issues | ft. Timothy L. Carrington   Lift issues | ft. Timothy L. Carrington EmptyJeu 15 Aoû 2013 - 13:42


Iain maugréait toujours lorsqu’il gara sa moto dans le parking sous-sol de l’immeuble de la banque. Il ne comprenait pas ce qu’il y avait de compliqué à comprendre dans le fait qu’il ne voulait pas acheter de produits supplémentaires. Il avait reçu un relevé impressionnant ce matin-là et avait appelé comme un fou pour qu’on les lui enlève immédiatement et qu’il ne paierait pas. Non, monsieur, lui avait-on répondu. Il faut venir sur place pour faire des modifications de cette importance. Alors il avait pris tous les papiers nécessaires et était parti dans l’idée de fermer son compte et d’en ouvrir un ailleurs peu importait où, mais surtout pas chez eux. Il enferma son casque dans le porte-bagage et se dirigea vers l’ascenseur alors qu’une voiture arrivait à son tour. Il attendit patiemment, trop longtemps. Il attendait toujours cet ascenseur. Cette banque était vraiment à chier pensait-il. Jusqu’au bout de leur parking.

Depuis quelques jours, il se sentait à cran. Ça lui arrivait de temps en temps depuis qu’il avait arrêté de prendre de la cocaïne. Certes, il n’était plus trop tenté d’en prendre même s’il y pensait encore. Tant qu’il n’en avait pas sous la main, cela réglait le problème. Il n’irait certainement pas en acheter. Le fait était qu’il ne savait pas comment il réagirait si on lui en proposait gratuitement. Surtout lorsqu’il était dans cet état d’énervement constant. Parfois, il en rigolait. Il parlait de cette période comme menstruel et même si c’était faux, le terme de cycle n’était pas à écarter complètement. Cette semaine était mauvaise. Et en plus de cela, on venait le saouler avec des histoires de banque absolument inutile. De quoi le mettre en rogne pour de bon.

Les lèvres pincées, il attendait toujours ce fichu ascenseur. Son pied commença à battre une mesure que lui seul pouvait entendre et ses pensées vagabondèrent vers ce qu’il aurait pu être en train de faire à la place de régler ces problèmes-là. Que lui avait conseillé son courtier déjà ? Ah oui. HSBC. Il n’était pas complètement convaincu par cette banque mais peut-être serait-elle moins pire que celle qu’il se payait actuellement. Il avait prévu de s’enfermer dans sa pièce d’art aujourd’hui. Il avait prévu de commencer sa toile, son chef-d’œuvre pensait-il. Mais il ne pourrait même pas l’envisager en rentrant sous peine de déchirer la toile d’un coup de pinceau. Il frappa violemment sur les portes toujours closes et enfin, entendit le « ding » qui annonçait son arrivée.

« C’est pas trop tôt ! » lâcha-t-il.

Et il se glissa à l’intérieur pour appuyer sur le bouton d’un étage. Alors que les portes se refermaient, une main les retint et un corps long et svelte se glissa dans la petite boite avec le blond. Le temps de détailler le bonhomme, lorsqu’il arriva au visage, un sourire fleurit sur les lèvres de Iain. Tiens donc, Timothy Carrington en personne. Le destin probablement, même si le jeune homme avait toujours refusé les avances de ce cher acteur.
Revenir en haut Aller en bas
Timothy L. Carrington

Timothy L. Carrington

nowhere we can hide
(admin)





› Célébrité : Tom Hiddleston
› Crédits : mister hyde (avatar). gorgeousanon (gif). tomhiddleston-gifs (gifs sign). about today (code sign).

› Messages : 655
› Arrivée en ville : 21/07/2013

Lift issues | ft. Timothy L. Carrington Empty
MessageSujet: Re: Lift issues | ft. Timothy L. Carrington   Lift issues | ft. Timothy L. Carrington EmptyJeu 15 Aoû 2013 - 21:47

C’était seulement l’été, et Timothy prévoyait déjà l’hiver. Il ne craignait pas vraiment le redoux, ni le froid glacial de l’hiver qui chaufferait à vif chaque parcelle de sa peau, soumise aux vents glacés de cette saison peu clémente. Il avait finit par s’habituer à tout ceci et après tout, il était né au coeur de Décembre, sous un ciel aussi gris que les yeux de sa mère. Non, ce qui l’inquiétait véritablement, c’était l’allure folle à laquelle le temps semblait le fuir. Le reste de l’humanité avait-il cette sensation étrange de ne rien pouvoir contrôler, d’être l’esclave des grains qui fuyaient dans le sablier ? Ou bien était-ce simplement lui, Timothy Carrington, qui s’était réveillé un matin en réalisant que l’hiver prochain, ce fameux hiver, il aurait trente ans. Il avait pris conscience du fait qu’il avait grandit, naturellement. Il n’était pas ce genre d’homme à rester éternellement enfant et à fuir la moindre de ses responsabilités, mais puisque la vie avait souhaité qu’il ne se sente pas capable de vivre seul avant son vingt-huitième anniversaire (et donc depuis peu), il venait tout juste de réaliser qu’il avait l’âge de faire des projets.

Timothy sortait du taxi qui avait pris la peine de se garer dans le parking souterrain de sa banque, récupérant au passage un autre client... Vêtu simplement d’un jean noir et d’une chemise boutonnée jusqu’au col, et malgré la saison, le jeune homme avait couvert ses épaules avec sa veste fétiche qu’il n’avait pas osé changer depuis quatre ou cinq ans maintenant. Tandis qu’il marchait, les mêmes mots revenaient inlassablement marteler son pauvre petit crâne. Projets. Avenir. Banque. S’il n’avait pas eu peur de passer pour un véritable fou, il se serait certainement mis à rire de bon coeur. Lui qui n’avait jamais cru en la possibilité d’un quelconque futur, son existence s’arrêtant aux médicaments qu’il devait gober sans cesse, comme une poule qu’on essayait d’engraisser avant de la mener vers l’abattoir, était maintenant sur le point de faire des projets. Timothy était encore jeune, dans la fleur de l’âge, mais il ne parvenait pas à se mettre dans le crâne que la vie avait peut-être prévu d’agréables desseins pour lui. Tim n’avait jamais eu l’audace de s’imaginer plus vieux parce qu’au fond de lui, il se doutait que le moment où les rides recouvriraient l’intégralité de son visage n’arriverait pas.

Le professeur avait tout de même décidé d’écouter son banquier et avait fini par accepter un rendez-vous avec lui pour évoquer un éventuel prêt. S’endetter. Voilà une merveilleuse perspective d’avenir. Et puis Timothy n’avait pas pour projet de déménager de si tôt, parfaitement à l’aise dans son minuscule appartement, à deux pas de l’école de musique où il enseignait. Un peu perdu dans ses pensées et le regard baissé, il se rendit compte un peu tardivement que l’ascenseur était en train de lui filer entre les doigts. Par chance, il eut tout de même le temps de glisser sa main entre les deux portes avant que celles-ci ne se referment, se retrouvant ainsi nez à nez avec... Iain Cavendish.

Cavendish. Il ne manquait plus que l’un d’entre eux pour embellir sa journée... Timothy hésita presque à rentrer dans la minuscule pièce, se décomposant littéralement face au blond qui souriait déjà. Ce dernier était probablement ravi de voir Timothy, tandis que le professeur était pressé de rejoindre son étage pour ne pas avoir à subir une quelconque remarque de la part de cette énergumène. Oui, il avait repoussé ses avances pour de multiples raisons qu’il serait ravi de pouvoir lui énoncer quand il serait enfin capable de parler ouvertement de tout ce qu’il avait vécu. Et si seulement il ne s’agissait que de ça... Tim fit un pas en avant et se retourna vers les chiffres qui se trouvaient à sa portée, appuyant sur le «2», priant pour qu’Iain ne descende pas au même étage. Les yeux rivés vers le petit écran digitale qui indiquait leur position dans l’établissement, le jeune homme rêvait que le temps s’accélère subitement pour la première fois depuis qu’il s’était éveillé ce matin-là.

L’ascenseur s’arrêta net alors que l’écran affichait seulement le «1». Timothy posa sa paume contre une des parois de la cage en ferraille pour se retenir de tomber, pas certain de comprendre ce qui venait de se produire. Peut-être était-ce le Cavendish qui avait appuyé sur le premier bouton ? Ce serait tant mieux. Pourtant, les portes ne s’ouvraient pas, même après quelques secondes. C’était comme dans les mauvais films, et il ne manquait plus que l’ampoule qui menaçait de s'éteindre pour que le suspens reste entier. Timothy avait même l’acteur à disposition pour parfaire cette mise en scène totalement improbable. C’est alors qu’une idée traversa l’esprit du professeur qui se retourna en soupirant pour faire face à l’autre homme. « Dites-moi que je rêve... Cavendish, si c’est une caméra cachée, je te préviens... »

_________________


I'M THERE IN THE WATER

If I was not myself and you were someone else, I'd say so much to you and I would tell the truth. I'm there in the water, still looking for ya, I'm there in the water. Can't you see, can't you see ?

(c) about today.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité






Lift issues | ft. Timothy L. Carrington Empty
MessageSujet: Re: Lift issues | ft. Timothy L. Carrington   Lift issues | ft. Timothy L. Carrington EmptyVen 23 Aoû 2013 - 9:52


Habillé d’un jean noir et d’une chemise boutonnée jusqu’au tout dernier bouton, Timothy Carrington était toujours aussi élégant aux yeux de Iain qui, même s’il préférait un vieux jean délavé lorsqu’il traînait chez lui avait un goût certain pour les beaux vêtements puisqu’il en avait les moyens. En ville, on pouvait donc facilement le voir arborer une veste en cuir dernier cri ou un élégant costume Armani dont la couleur avait été savamment étudiée par le créateur pour être originale sans ressembler à celle d’un clown. En hiver, il privilégiait les cols roulés qui lui allaient si bien lui avait un jour dit le babysitter de son bichon avec un petit geste de la main comme le font la majorité des gays du showbizness comme s’il s’agissait d’un signe de reconnaissance entre eux. Pourtant. Oui pourtant. Iain rêvait de déboutonner ce fameux bouton séjournant dans le creux du cou de Timothy. Il ne dirait pas non s’il pouvait en déboutonner d’autres mais celui-ci le rendait particulièrement nerveux. Rien que le voir ainsi, il se sentait lui-même suffoquer et il glissa un doigt sur le col de sa propre chemise, sous sa veste de moto, dont les deux derniers boutons étaient ouverts, par pur reflexe, pour vérifier que lui n’allait pas mourir étouffé.

« On ne dit plus bonjour Timothy ? » lâcha-t-il après un long moment de silence gêné. C’était vrai, Timothy Carrington semblait avoir une peur bleue de Iain et encore plus de se retrouver isolé avec lui. Ce dernier soupira, il reconnaissait lui avoir fait des avances et s’être fait rejeté, ce n’était pas pour ça qu’ils ne pouvaient pas être amis et qu’il allait forcément se jeter sur lui pour obtenir ce qu’il voulait par la force. Mais bon. Timothy ne savait pas ce qu’il ratait, dans un sens comme dans l’autre.

Mais à peine avait-il posé sa question qu’une secousse se fit sentir dans la petite boîte qui s’arrêta dans un bruit lourd entre le premier et le deuxième étage. Allons bon… une panne d’ascenseur ? Iain sentit son estomac se nouer et il leva les yeux sur Timothy qui déjà pensait à un tour malin de sa part. Est-ce qu’il était sérieux ? Est-ce que j’étais aussi machiavélique que ça pour faire croire à une panne d’ascenseur alors que c’est une caméra cachée ? Mes yeux durent répondre à ma place car les mots restèrent bloqués un instant dans ma gorge. Soudain prit d’un mouvement panique, je me mis à appuyer frénétiquement sur les boutons de tableau de l’ascenseur mais rien n’y faisait. « Vous êtes sérieux Carrington ? Vous pensez que je vous joue un tour ?! Faut avoir un grain pour penser ça ! » s’emporta-t-il. Sa respiration s’était accelérée et il frappa violement le tableau de boutons. Toujours rien. Misère. C’était vraiment une semaine de merde, jusqu’au bout de la boutonnière de Carrington.

Il remarque alors enfin le bouton d’appel et il y appuya dessus comme un fou pour être sûr d’être entendu. Il manquerait plus qu’il n’y ait personne au bout du fil…
Revenir en haut Aller en bas
Timothy L. Carrington

Timothy L. Carrington

nowhere we can hide
(admin)





› Célébrité : Tom Hiddleston
› Crédits : mister hyde (avatar). gorgeousanon (gif). tomhiddleston-gifs (gifs sign). about today (code sign).

› Messages : 655
› Arrivée en ville : 21/07/2013

Lift issues | ft. Timothy L. Carrington Empty
MessageSujet: Re: Lift issues | ft. Timothy L. Carrington   Lift issues | ft. Timothy L. Carrington EmptyJeu 5 Sep 2013 - 18:48

« On ne dit plus bonjour Timothy ? » Tim ne bougeait pas, immobile face aux boutons de l’ascenseur. Si seulement il avait pu s’acharner sur celui qui l’intéressait pour que la machine aille plus vite et les expédie rapidement au deuxième étage, il n’aurait pas hésité une seule seconde. Ce n’était pas particulièrement Iain que le jeune homme craignait, mais tous les hommes en général. Ou peut-être que si, au final. Peut-être qu’il n’y avait que le Cavendish pour le mettre dans cet état-là. Iain avait tenté de lui faire des avances mais Timothy n’était pas prêt, même après toutes ces années, et cela l’agaçait, au fond, de manière tout à fait inconsciente. Non seulement il n’était pas rassuré face à l’autre homme, mais il devait bien avouer qu’en plus de cela, il était loin d’être laid et repoussant, ce qui ne rendait pas la tâche facile. Alors Timothy cherchait à mettre le plus de distance possible entre lui et l’autre homme, et si pour cela il devait faire semblant de ne pas l’avoir vu ou se mettre à prier pour que l’ascenseur monte à une vitesse phénoménale, il n’y voyait aucun inconvénient. Il se faisait confiance pourtant, il savait qu’il était suffisamment traumatisé pour se laisser aller, quelque soit la situation, mais il n’y pouvait rien, c’était plus fort que lui. La peur prenait toujours le pas sur l’envie.

Alors Tim faisait comme si il n’avait pas entendu, et quand bien même il aurait décidé d’être poli, la panne qui vint secouer les murs de cette misérable cage en ferraille dans laquelle ils se trouvaient eut la bonne idée de les interrompre dans le début de cette conversation, pourtant vouée à l’échec. Oui Timothy pensait bien à un canular, après tout il était persuadé que les hommes pouvaient inventer les plans les plus stupides pour tenter de l’enfermer quelque part pour ainsi obtenir quelque chose de lui. Ce n’était pas comme si il l’avait déjà vécu par le passé... Peut-être que Iain n’était pas comme ça, peut-être qu’au fond il se démarquait ? Mais comment en être certain ? Comment Timothy pouvait-il savoir qu’il pouvait lui faire confiance ? Et le fait que Iain s’emporte déjà suite à sa remarque n’était pas pour le rassurer. Tim se décala d’un pas pour laisser l’autre homme passer, les sourcils froncés, comme pour se donner un air grave et se cacher derrière une expression qui ne lui allait pas du tout mais qui parviendrait peut-être à dissimuler son stress. De l’autre côté de la cabine, il ne parvint pas à se retenir de sursauter quand Iain frappa le bouton d’appel une première fois avant de s’acharner dessus. « Ça ne sert à rien d’appuyer comme un fou, ils ne répondront pas plus vite. Et puis arrêtez de vous agiter comme ça, vous allez me filer le tournis. » Déglutissant difficilement, Timothy se sentait fébrile et peu rassuré, mais certainement pas autant que le Cavendish qui avait tout simplement l’air de perdre le contrôle. Presque instinctivement, le jeune homme plongea sa main dans la poche de son jean pour venir chercher son téléphone portable. « Évidemment, il n’y a pas de réseau... » Il prit une grande inspiration afin d’essayer de calmer les battements de son coeur qui s’emportaient doucement. Si il avait été seul, Tim aurait certainement réussi à contrôler sa frayeur. Après tout, il avait l’habitude de tourner en rond entre quatre murs comme un misérable poisson dans un bocal, alors resté coincé dans un ascenseur ne l’aurait pas inquiété plus que cela. Mais dans ce cas, il se retrouvait dans cette boite avec un homme pour seul compagnon d’infortune. Et Iain Cavendish aurait pu être le pape en personne, Timothy l’aurait craint tout autant... Ainsi, il ne quittait pas l’autre homme des yeux, plaqué contre la paroi opposée.

_________________


I'M THERE IN THE WATER

If I was not myself and you were someone else, I'd say so much to you and I would tell the truth. I'm there in the water, still looking for ya, I'm there in the water. Can't you see, can't you see ?

(c) about today.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité






Lift issues | ft. Timothy L. Carrington Empty
MessageSujet: Re: Lift issues | ft. Timothy L. Carrington   Lift issues | ft. Timothy L. Carrington EmptyMar 10 Sep 2013 - 8:35


Iain tourna les yeux vers Timothy lorsque ce dernier lui expliqua avec mépris qu’il n’était pas nécessaire d’appuyer autant sur le bouton d’appel. L’acteur grinça des dents, il détestait les gens qui le prenaient de haut sous prétexte de sa façon de faire. Si le blond n’était pas angoissé à l’idée de passer les prochaines heures dans cette cage à hamster, tant mieux pour lui, Iain lui n’aimait pas ça du tout d’autant qu’il était en pleine crise de manque et que les endroits confinés comme celui-ci n’arrangeaient pas son malaise. Il arrêta d’appuyer néanmoins, aucune voix ne sortit du haut-parleur. C’était mal barré.

« Il n’y a pas de réseau non plus ?! » S’écria-t-il quand le blond vérifia son téléphone portable. C’était le pompon. A quoi servait d’avoir un téléphone portable s’il n’y avait pas de réseau dans ces stupides ascenseurs ? Une goutte perla sur le front de Iain qui dû s’appuyer contre une des parois pour ne pas s’effondrer au sol. La cage grinça avant de tomber de quelques centimètres. Le cœur de Iain rata un battement et il leva les yeux pour voir s’il y avait un moyen de s’échapper de ce piège mortel. Un gémissement lui échappa et il se retourna vers le bouton d’appel pour appuyer une dernière fois.

Iain était un peu claustrophobe en plus d’être en sevrage de drogue. Habitué à vivre à l’air libre, à courir les champs ou tout autre espace vert, il n’était jamais arrivé à s’adapter aux ascenseurs qui lui filaient une peur panique dès qu’ils ne fonctionnaient pas comme ils le devraient. Aujourd’hui, l’ascenseur ne l’avait pas amené à l’étage qu’il souhaitait et en plus de ça, il menaçait de chuter librement le ramenant à son point de départ, le parking, sous-sol merveilleux à trois mètres (voire plus) en dessous de la surface de la terre, à l’air libre. Ok. Inspirer. Expirer. Se concentrer. Ne pas paniquer. Sauf que Iain avait beaucoup de mal. Il repensa à son séjour en jet privé, habitacle minuscule malgré le luxe intérieur et il s’était fait presque insulter car il voulait ouvrir le hublot. Avec les respirateurs bien sûr, ce qui n’aurait posé de problème à personne mais aurait amené un petit courant d’air appréciable. Il cligna des yeux avec force et glissa la main contre la paroi n’osant plus faire un geste.

« Et s’il s’effondre et qu’on meurt, on fait comment Carrington ? Je veux pas mourir ! J’ai encore des tas de rôles à incarner ! Je viens de signer un contrat pour jouer dans un film de pirates ! » lâcha-t-il avec des trémolos dans la voix.

Une autre voix résonna dans la boîte « Bonjour, nous faisons notre possible pour contacter l’agence technique de l’ascenseur, veuillez patienter sans paniquer. » Iain eut un rire nerveux à la dernière remarque de la voix. Elle en avait de bonnes. Elle n’avait même qu’à venir prendre sa place, il en serait ravi. Quand il osa lever les yeux vers Carrington qui se tenait le plus loin possible qu’il le pouvait, il en fut exaspéré. Pourquoi est-ce que cet homme réagissait toujours comme ça avec lui ? Il ne comprenait pas. S’était-il vexé lorsqu’il lui avait fait des avances ? ça ne l’avait pas empêcher de refuser un peu trop vivement à chaque fois pourtant. C’est le roux qui devrait se sentir vexé. Il ouvrit la bouche pour lui demander mais du la refermer alors que la cage bougeait encore. Il se laissa glisser au sol. Minablement. Iain ne se sentait vraiment pas bien.
Revenir en haut Aller en bas
Timothy L. Carrington

Timothy L. Carrington

nowhere we can hide
(admin)





› Célébrité : Tom Hiddleston
› Crédits : mister hyde (avatar). gorgeousanon (gif). tomhiddleston-gifs (gifs sign). about today (code sign).

› Messages : 655
› Arrivée en ville : 21/07/2013

Lift issues | ft. Timothy L. Carrington Empty
MessageSujet: Re: Lift issues | ft. Timothy L. Carrington   Lift issues | ft. Timothy L. Carrington EmptyMar 17 Sep 2013 - 17:42

Tim était le total opposé de Iain. Si le mot « clostrophile » avait véritablement existé et qu’il se trouvait dans un dictionnaire, on aurait pu y lire la chose suivante en guise de définition : Timothy Lloyd Carrington. En effet, le professeur était un adepte des espaces clos. Il appréciait également les bols d’air, mais rien ne parvenait à égaler le confort de son petit appartement, lorsque les fenêtres fermées, barricadé entre quatre murs, il pouvait siroter un chocolat très chaud en se perdant dans un livre ou en observant simplement le monde extérieur en se disant qu’il était chanceux de ne pas avoir à mettre le nez dehors. Il était très bien là où il se trouvait, et rien que l’idée de devoir déverrouiller sa porte d’entrée le rendait presque malade. Alors naturellement, la cage dans laquelle il se trouvait ne l’effrayait pas le moins du monde et il était plutôt même étonné d’être aussi calme par rapport au Cavendish, qui rouspétait déjà alors qu’il venait de lui annoncer qu’il n’y avait pas de réseau. Toujours de l’autre côté de la cabine, le dos et les mains plaquées contre la paroi, il faisait tout son possible pour rester calme et ne pas bouger pour éviter le pire. Et ce qu’il redoutait justement finit par arriver, l’ascenseur se mettant soudainement à tomber de quelques centimètres.

Le professeur fut contraint de plier les genoux pour ne pas se laisser totalement choir sur le sol froid et dur de leur cage. Iain appuya une dernière fois sur le bouton d’appel puisqu’il était le plus prêt du panneau de contrôle de l’engin avant de faire part de ses inquiétudes. Enfin à ce stade, ce n’était même plus de la simple crainte, et on pouvait clairement entendre dans la voix de l’acteur qu’il était sur le point de perdre la raison si personne ne leur venait rapidement en aide. Dans d’autres circonstances, et si il avait été certain que son interlocuteur ne le prenne pas mal, Timothy aurait sourit. Pas pour se moquer, non, loin de là. Ce n’était vraiment pas son genre de rire des autres, particulièrement dans une situation comme celle-ci. Néanmoins, il y avait presque quelque chose d’attendrissant dans le fait de voir Iain ainsi tourmenté, comme si la découverte d’une faille ne le rendait que plus humain et plus si effrayant au final. Tim était sur le point de prendre la parole mais une voix féminine se fit alors entendre dans la cabine, les avertissant ainsi qu’on se chargeait déjà d’essayer de les sortir de là.

C’était sans compter sur une deuxième secousse, plus vive encore que la première, qui vint faire trembler les murs, laissant Iain fébrile au point de se laisser glisser sur le sol. Timothy quant à lui n’avait toujours pas osé se déplacer d’un millimètre, convaincu que le moindre mouvement causerait la chute fatale et définitive de l’ascenseur, et très franchement, il n’avait pas envie de se rendre compte du nombre de mètres qui les séparait maintenant de la terre ferme dans ses conditions. Faisant de son mieux pour se contrôler et ne pas se laisser happer par l’angoisse de l’homme assis en face de lui, il prenait de grandes inspirations pour remplir ses poumons, son torse se levant au point de faire bouger les boutons de sa chemise, menaçant presque de faire craquer le tissu de son vêtement. Mais le professeur n’était pas assez fort pour cela, et très vite sa cage thoracique se vidait complètement, son stress disparaissant au fur et à mesure qu’il expirait. Lorsqu’il fut certain d’être capable de pouvoir garder le dessus sur ses propres émotions, il reprit enfin la parole, sur un ton qui se voulait beaucoup plus rassurant et apaisant que celui sur lequel il s’était exprimé précédemment. « Calmez-vous Cavendish, rien ne va s’effondrer et personne ne va mourir aujourd’hui. » Les bras jusqu’à présent écartés de part et d’autre de son corps, il les ramassa pour se détendre un peu, paraitre plus décontracté afin de montrer à son interlocuteur qu’il n’y avait aucune raison de s’inquiéter. « Tout va bien se passer. Essayez de prendre de grandes inspirations. On vous a sûrement appris à gérer votre respiration grâce à votre boulot d’acteur... Mettez tous ces conseils là en pratique, ça ira déjà mieux vous verrez. »

Néanmoins, Timothy ne fit pas un pas. C’était comme si il ne comptait que sur sa voix pour apaiser le Cavendish. Et puis d’ailleurs, pourquoi l’aidait-il soudainement de cette manière si calme, si sereine ? Certainement parce qu’il aimait être enfermé, mais pas avec un homme devenu fou, et encore moins avec le cadavre d’un quidam mort de peur. Quand il s’agissait de survivre, Timothy aurait pu se montrer agréable dans n'importe quelle circonstance, même avec son pire ennemi. La voix pré-enregistrée retentit à nouveau pour reprendre le message déjà prononcé quelques minutes auparavant, tandis que Tim en profitait pour s’asseoir lentement à son tour, en prenant soin de ne pas bousculer l’ascenseur lorsqu’il atteint enfin le sol. « Vous voyez, on va s’occuper de nous, nous n’avons strictement rien à craindre. » Malgré tout, Timothy se demandait encore si c’était bien Iain qu’il tentait de convaincre, ou si ce n’était pas plutôt lui...

_________________


I'M THERE IN THE WATER

If I was not myself and you were someone else, I'd say so much to you and I would tell the truth. I'm there in the water, still looking for ya, I'm there in the water. Can't you see, can't you see ?

(c) about today.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité






Lift issues | ft. Timothy L. Carrington Empty
MessageSujet: Re: Lift issues | ft. Timothy L. Carrington   Lift issues | ft. Timothy L. Carrington EmptyDim 22 Sep 2013 - 12:07


Le pauvre blond, bien trop en proie à ses propres terreurs, ne se rendait même pas compte de la façon dont son partenaire d’infortune pouvait réagir à la situation. Il ne savait pas s’il paniquait, il ne savait pas s’il supportait la situation, il ne savait pas si le comportement de l’acteur l’exaspérait, non, rien de tout ça. Son imagination restait bloquée en mode « catastrophe » et lui déroulait les images de tous les scénarii possibles plus horribles les uns que les autres. Lorsqu’il fermait les yeux, cela ne faisait qu’empirer la situation alors il tentait tant bien que mal de les garder ouverts le plus longtemps qu’il pouvait avant d’être obligé de cligner rapidement.

Il entendit alors le son d’une voix, calme et apaisante et il essaya de relever les yeux vers la source de celle-ci. Son cerveau lui disait que ce n’était pas Carrington, car Carrington lui parlait sèchement d’habitude (voire pas du tout). Carrington devait le détester, pour une raison ou pour une autre qu’il n’avait pas l’intention de découvrir ce jour-là en cet instant tragique qui allait peut-être mettre fin à sa vie. Pourtant, quand son regard s’ajusta sur le visage, ce furent bel et bien les traits de Carrington qui lui apparurent. Il lui disait de se calmer. C’était bien gentil mais franchement, il n’envisageait pas la situation de la même façon. Depuis le décès récent de son ami, Iain était particulièrement vulnérable. Il avait replongé, l’espace d’une minute de faiblesse mais il s’était repris. Les séquelles étaient pourtant là et il ne se sentait pas vraiment soutenu par son entourage. Un mauvais pas se commettait si facilement. Il s’était rendu compte de sa stupidité lorsque Nicol était revenu à la vie. Non, décidément, Iain avait grandi à Stonehaven mais il ne se faisait toujours pas à ses morts qui revenaient. Il ne s’en plaignait pas, mais l’ascenseur émotionnel n’était pas favorable à son sevrage. Un jour peut-être serait-il complètement remis. En attendant, il se sentait vulnérable. Encore plus dans cette cage d’ascenseur qui refusait de s’ouvrir et il aurait donné cher pour avoir une dose sur lui en cet instant même car il sentait la crise nerveuse (voire cardiaque) assez proche.

Carrington lui conseilla d’inspirer, d’utiliser les exercices de respiration qu’il avait appris à l’école d’art dramatique. Franchement, il n’avait pas tort, mais c’était bien plus facile à dire qu’à faire. Iain n’était pourtant pas de nature ronchonne en général et tenta d’écouter ce qu’on lui disait. Il posa ses mains sur le sol et inspira profondément. Impossible de fermer les yeux toutefois, les images défilaient toujours plus violentes et imaginatives les unes que les autres. Après plusieurs répétition de ces gestes, il sentit pourtant la pression retomber et il parvenait à respirer avec beaucoup plus d’efficacité. « M…merci Carrington. » Il inspira et expira. « Vous n’étiez pas… obligé de m’aider. » Il passa une manche sur son front brillant de sueur et laissa reposer sa tête contre la paroi, épuisé. « Désolé de vous faire subir ça. J’ai horreur des espaces confinés et les ascenseurs c’est le pire. » Son cerveau commençait à reprendre la totalité de ses fonctions et il put se rendre compte que ce qu’il venait de dire était stupide. Carrington l’avait sans aucun doute deviné, car même s’il avait repoussé ses avances, cela ne signifiait pas qu’il n’était pas intelligent. Il eut un léger rire, Iain se sentit stupide. « Enfin, vous avez dû le remarquer, vous n’êtes pas stupide, au contraire. » lâcha-t-il enfin pour se faire pardonner. « Avouez, vous auriez préféré vous retrouver enfermé ici avec quelqu’un d’autre, je me trompe ? » lui demanda-t-il en relevant la tête, un petit sourire las aux lèvres. Il était certes épuisé et paniqué mais il n’avait pas perdu son sens de l’ironie et aucun des deux ne savaient combien de temps ils allaient devoir rester là-dedans, autant faire la conversation et rendre ce moment un peu moins tendu que leur rencontre n’avait débuté.
Revenir en haut Aller en bas
Timothy L. Carrington

Timothy L. Carrington

nowhere we can hide
(admin)





› Célébrité : Tom Hiddleston
› Crédits : mister hyde (avatar). gorgeousanon (gif). tomhiddleston-gifs (gifs sign). about today (code sign).

› Messages : 655
› Arrivée en ville : 21/07/2013

Lift issues | ft. Timothy L. Carrington Empty
MessageSujet: Re: Lift issues | ft. Timothy L. Carrington   Lift issues | ft. Timothy L. Carrington EmptyDim 29 Sep 2013 - 15:38

Le simple fait de voir Iain en train de reprendre le contrôle sur ses propres émotions apaisa le coeur de Timothy qui commençait seulement à s’emballer dans sa poitrine. Maintenant que l’autre homme s’était enfin calmé, il pouvait respirer à son tour et ne plus se sentir oppressé ni même happé par l’angoisse du Cavendish. À vrai dire, il le regardait silencieusement, observant le changement d’état certain de Iain dont les respirations étaient toujours bruyantes et profondes mais moins désespérées au fur et à mesure que l’acteur se concentrait. C’était étrange pour Timothy de se dire que cet homme-là pouvait avoir peur. Il se l’était imaginé bien plus sûr de lui et moins prompt aux crises de panique comme celle à laquelle il venait d’assister. Il n’était pas infaillible, après tout, il n’était rien qu’un homme, mais toute sa vie durant, Tim avait eu la sensation d’être le plus vulnérable, et les rôles s’étaient soudainement inversés dans cet ascenseur au point de le déstabiliser quelque peu. Il n’avait aucunement pitié de l’acteur, mais il avait beaucoup de compassion pour lui, surtout en l’entendant parler de la sorte alors qu’il essuyait les quelques gouttes de sueur qui tapissaient son front.

Timothy l’écoutait sagement, sans broncher, repliant ses genoux contre son torse et entourant ses jambes de ses bras, comme si l’espace n’était pas encore assez restreint pour lui et qu’il avait besoin de se replier encore davantage sur lui-même. Une vraie coquille, une carapace, quelque chose où il pourrait se cacher et se soustraire au reste du monde lorsqu’il en ressentait le besoin, voilà ce qui lui manquait cruellement. Mais pour l’heure, il se contentait d’observer le bout de ses chaussures en buvant les paroles de son interlocuteur qu’il aurait aimé pouvoir détester un peu plus longuement, mais ses remerciements et ses propos lui allaient droit au coeur, et Tim se laissa attendrir bien malgré lui. Il était tout de même encore un peu distant, ne souriant pas, le visage et le regard baissé. Il avait appris à ne plus trop affronter les yeux des autres hommes, à ne pas les défier ou les provoquer, de peur de réveiller en eux ce qu’il y avait de pire et de plus animal. Il avait croisé trop de prunelles habitées par les flammes de l’enfer, vu trop d’iris se changer en une couleur rouge vif lorsqu’on prenait possession de sa dignité avec violence. Alors le professeur ne bronchait pas, ne remarquant même pas le sourire sur le visage de Iain, priant dans son coin pour que le ciel veuille bien leur faire un signe et leur envoyer n’importe qui pour les sortir de cette cage en métal.

Lorsque le silence se fit à nouveau, Timothy osa enfin relever la tête, mais son regard fuyait à divers endroits, n’osant jamais croiser celui de Iain alors que ce dernier se trouvait pourtant assis juste en face de lui. Autant dire qu’il ne lui rendait certainement pas la tâche facile. Enfin, c’était surtout cet ascenseur qui était responsable de ce véritable fiasco. Ainsi, Timothy se découvrait à présent une véritable passion pour les détails insignifiants qui trainaient dans cette cabine, se retenant afin de ne pas paraitre trop sympathique et ainsi donner une raison suffisante à Iain de lui faire à nouveau des avances qu’il n’aurait pu supporter dans un lieu aussi confiné. « Ne... Ne me remerciez pas, je n’allais tout de même pas vous laisser dans cet état. Et puis je peux comprendre, j’ai peur des grands espaces en ce qui me concerne... » Il n’y avait rien de plus angoissant qu’un gigantesque centre commercial noir de monde pendant les fêtes de fin d’année, période à laquelle Tim refusait de mettre le nez dans les boutiques tant la présences des autres le rendait complètement fou. Le professeur n’osa même pas relever le compliment que l’autre homme lui avait fait peu de temps auparavant, ses joues se teintant légèrement alors qu’il envisageait surtout de répondre à la question de l’acteur. Il baissa les yeux une nouvelle fois, trop timide pour parler en regardant droit devant lui. « Si j’avais vraiment eu le choix j’aurais préféré ne pas être enfermé du tout. Ou seul. » Il relava soudainement la tête, conscient qu’il avait peut-être vexé le Cavendish et que ce dernier pouvait peut-être avoir des réactions inattendues lorsqu’il se sentait rabaissé. Après tout, Timothy ne le connaissait franchement pas plus que cela. « Enfin ce n’est pas contre vous, vraiment c’est... Je préfère être seul, c’est tout. J’ai moins peur quand je suis seul. » confia-t-il avant de reporter toute son attention sur le bout de ses chaussures, ses genoux toujours serrés contre son torse.

_________________


I'M THERE IN THE WATER

If I was not myself and you were someone else, I'd say so much to you and I would tell the truth. I'm there in the water, still looking for ya, I'm there in the water. Can't you see, can't you see ?

(c) about today.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité






Lift issues | ft. Timothy L. Carrington Empty
MessageSujet: Re: Lift issues | ft. Timothy L. Carrington   Lift issues | ft. Timothy L. Carrington EmptyDim 6 Oct 2013 - 9:59


Carrington ne répondit rien pendant un long moment. Le temps qu’il fallut au silence (et à Timothy) pour s’asseoir tout en douceur contre une paroi de l’ascenseur en face de Iain. Le blond avait ramené ses jambes contre lui et ne regardait plus que ses mains ou ses pieds et l’acteur se senti un peu vexé. Pourquoi est-ce que cet homme refusait même de croiser son regard ? Jamais il n’avait fait aussi peur à quelqu’un et il ne pensait pas que cela lui arriverait un jour, de faire peur à quelqu’un. Iain était tout le contraire d’effrayant, peut-être un brin trop enthousiaste sur beaucoup de choses, mais il avait toujours été d’une sociabilité extrême. Peu de gens ne l’appréciaient pas, même ceux gênés par son comportement excentrique finissent par changer d’avis lorsqu’ils passent un peu de temps avec lui. Oui, Iain aimait faire son intéressant mais il ne se prenait pas la tête et sa jovialité était souvent communicative. Oui, avec tout le monde. Sauf avec Timothy Carrington auquel Iain aurait pu lui donner l’ordre de péter un bon coup car celui lui ferait le plus grand bien.

Lorsque le blond releva enfin la tête, ce fut pour poser son regard un peu partout, excepté devant lui, là où Iain se situait. Bougon et vexé, ce dernier baissa la tête en se disant que cela faciliterait les choses pour le Carrington. Il entreprit donc de faire un ourlet au bas de ses jambes de pantalon, de le défaire, de le refaire, ainsi de suite. Sa respiration s’était calmée mais elle était toujours bruyante et parfois, il se prenait à inspirer comme s’il avait oublié de respirer pendant deux bonnes minutes. Il ne put s’empêcher, toutefois, de relever la tête pour regarder le blond lorsque celui-ci lui apprit qu’il avait peur des espaces ouverts. Il ne comprenait pas comment cela pouvait être possible : un endroit où l’on peut respirer à pleins poumons, courir dans tous les sens si cela nous prend ? Et il ne supportait pas ça ? Le regard de l’acteur semblait clairement exprimer sa surprise mais il n’en fit pas mention, préférant laisser Timothy finir de parler, histoire de ne pas augmenter la peur qu’il avait de lui. Oui, ce sentiment le rendait un peu amer.

« Vous êtes agoraphobes ? Je n’aurais jamais cru ça de vous Carrington… » laissa-t-il échapper avant de reprendre. « Et bien, je suis désolé de me retrouver avec vous, si j’avais pu choisir, sachez que je ne serais pas là mais tranquillement installé avec un café à la terrasse d’un bar de la ville. J’ai un peu mieux à faire que de frôler la mort de cette façon. » Il inspira, comme s’il n’avait pas pris la peine de respirer entre les mots qu’il avait prononcé. « Soit dit sans vous vexer… vous m’avez l’air sacrément perturbé…. » Certes, c’était maladroit, mais Iain ne réfléchissait pas beaucoup plus loin et ne se doutait pas que quelqu’un ait pu réagir aussi mal aux coups durs que vous balancent la vie. Lui avait toujours sur rebondir mais son palpitant avait souvent joué à l’ascenseur en panne également avec tous ces morts qui revenaient à la vie. Il ne s’en plaignait pas mais il avait pourtant quelques reproches à faire à celui qui choisissait de qui revenait ou non. « Enfin ne le prenez pas mal hein… vous avez bien peur de moi vous. Chacun son truc. » Il voulut sortir son portable pour vérifier s’ils n’avaient toujours pas de réseau mais non, aucune barre ne s’affichait et il maudit intérieurement son opérateur qui ne servait in fine à rien.

La voix dans l’ascenseur s’était tue depuis un long moment et Iain essayait d’oublier la sensation qu’il avait que la boîte faisait le balancier dans le vide car tout cela, c’était dans sa tête, dont l’imagination était beaucoup trop fertile pour être réellement saine d’esprit.
Revenir en haut Aller en bas
Timothy L. Carrington

Timothy L. Carrington

nowhere we can hide
(admin)





› Célébrité : Tom Hiddleston
› Crédits : mister hyde (avatar). gorgeousanon (gif). tomhiddleston-gifs (gifs sign). about today (code sign).

› Messages : 655
› Arrivée en ville : 21/07/2013

Lift issues | ft. Timothy L. Carrington Empty
MessageSujet: Re: Lift issues | ft. Timothy L. Carrington   Lift issues | ft. Timothy L. Carrington EmptySam 19 Oct 2013 - 21:45

Agoraphobe ? Timothy ne s’était jamais vraiment questionné à ce sujet. Son psychiatre n’avait pas non plus posé de mot sur le sentiment qui s’emparait du jeune homme à chaque fois qu’il se retrouvait mêlé à la foule. Peut-être ce dernier l’avait-il griffonné rapidement dans le dossier du professeur de musique et de solfège, mais en attendant, personne ne lui avait fait part de cette information. C’était un peu comme si, pour la première fois, Timothy réalisait qu’il avait un problème, une peur assez forte et relativement grave pour qu’elle ait son propre nom. Il ne rechignait pas sur les grands espaces, après tout il appréciait certains paysages de la ville et les environs l’enchantaient parfois. Mais dès qu’il y avait un peu de monde, il ne pouvait tout simplement plus dire un mot ; non pas par honte ni par réelle timidité mais plutôt par crainte, une crainte véritable pour ne pas dire qu’elle était viscérale. Depuis que la foule ne lui avait apporté que des malheurs, des ennemis aux allures de « Monsieur Tout Le Monde », il s’était refermé sur lui-même comme un véritable crustacé, sa coquille pour seule défense.

Timothy se dandina sur place tandis que Iain poursuivait, expliquant qu’il aurait lui aussi fait le choix de se retrouver ailleurs que dans ce fichu ascenseur. Le jeune homme n’en était pas certain mais il semblait percevoir un peu d’amertume dans le ton de son aîné, et il ne savait pas vraiment si cela lui était directement destiné ou si c’était un moyen de montrer son mécontentement face à la situation. Il n’était pas dans l’intention de Tim de vexer l’autre homme, encore moins lorsqu’il était enfermé avec lui et que Iain risquait d’avoir une réaction qu’il n’aurait su contenir face à ses propos. Après tout, il ne connaissait pas le Cavendish plus que cela, et avec les hommes, Tim avait appris à ses dépends que tout était malheureusement possible. Jamais il n’avouerait ce qu'il s’était imaginé à l’instant même où ils s’étaient tout deux rendus compte que l’ascenseur était en panne... Il avait connu des bourreaux qui n’attendaient pas que les portes soient véritablement fermées pour prendre ce que Timothy n’avait encore jamais donné de son plein grès à qui que ce soit.

Le professeur déglutit difficilement. « Je n’ai pas peur de vous... » Son regard était toujours rivé sur le plancher, sa voix se faisant discrète et le ton qu’il employait le trahissait bien malgré lui. « Enfin, je veux dire... Ce n’est pas forcément vous le problème. » Tant bien que mal, Timothy essayait d’expliquer ce qui le tourmentait réellement mais il était bien maladroit. « Vraiment, je ne voulais pas vous... Ce n’était pas mon intention... Je... » Il prit une inspiration plus bruyante que les autres, cherchant ses mots, ses nombreux tics venant ponctuer ses phrases qu’il ne parvenait pas à terminer. Tim avait bien du mal à garder le contrôle sur ses émotions tandis qu’il s’apprêtait à donner les raisons de ses angoisses et de la crainte qu’il nourrissait à l’égard du Cavendish. Il regardait le bout de ses chaussures, un peu perdu, ne sachant vraiment par où commencer. Pourquoi diable devait-il toujours être celui qui s’excusait ou qui devait donner les raisons de la profonde gêne qui se saisissait de lui lorsqu’il était en présence de quelqu’un d’autre ? « Ça n’a rien à voir avec vous, c’est beaucoup plus compliqué que ça. » Il aurait aimé en dire plus, simplement pour affirmer qu’il préférait rester seul plutôt que d’être jeté en pâture au reste de l’humanité. Timothy aurait souhaité avoir le courage et la force de dire qu’il avait sans arrêt peur de revivre le même cauchemar, qu’il recommence chaque jour. S’il avait su comment l’exprimer très clairement, il aurait pu dire qu’il été effrayé à l’idée de plaire à qui que ce soit, particulièrement aux hommes. Après tout, n’était-ce pas là sa faute, son tort principal ? S’il avait été laid et repoussant, peut-être que tout ceci ne lui serait jamais arrivé...

Toujours recroquevillé dans son coin, Tim allait enfin se décider à parler. À quoi bon, si jamais ils mourraient ici tous les deux, pourquoi ne pas simplement expliquer à Iain les raisons pour lesquelles il avait l’air si « perturbé » ? Mais au moment où ses lèvres s’ouvrirent à nouveau, le haut parleur qui servait d’ordinaire à la voix froide et métallique de l’ascenseur se mit à grésiller brutalement, provoquant un léger sursaut chez le jeune homme, jusqu'alors en proie à des souvenirs d’une violence sans nom.

_________________


I'M THERE IN THE WATER

If I was not myself and you were someone else, I'd say so much to you and I would tell the truth. I'm there in the water, still looking for ya, I'm there in the water. Can't you see, can't you see ?

(c) about today.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

Invité






Lift issues | ft. Timothy L. Carrington Empty
MessageSujet: Re: Lift issues | ft. Timothy L. Carrington   Lift issues | ft. Timothy L. Carrington EmptyMer 23 Oct 2013 - 9:47


Le silence s’installa à nouveau dans la petite boîte. Oppressant, plus qu’il ne l’avait jamais été pour Iain qui ne l’aimais pas tant que ça. Seulement des fois, il n’y avait rien à ajouter et il ne pouvait rien y faire. Il sentait plus que tout l’hostilité du jeune homme envers lui et c’était le genre de chose qui parvenait à calmer radicalement ses élans. Il n’avait pas souvent rencontré de gens tels que le Carrington et il n’était pas habitué à une telle antipathie vis-à-vis de lui. Il semblait pourtant qu’il allait devoir s’y faire car Timothy n’avait pas l’air de vouloir changer d’avis à son sujet. S’ils sortaient vivant de cette cage à écureuils, Iain se jurait de ne plus approcher le blond si celui-ci ne l’avait pas décidé lui-même, il ne lui ferait plus d’avance et ne dirait rien qui puisse être mal interprété. Peut-être qu’ainsi, dans quelques années, le blond prendrait conscience que l’acteur n’avait jamais eu de mauvaise intention le concernant. De toute façon, s’ils sortaient de là, qui pouvait dire qu’ils se recroiseraient de sitôt ? Ils ne s’étaient déjà pas rencontrés très souvent alors pourquoi cela changerait dans le futur ? Iain inspira profondément et ferma les yeux pour ne pas perdre la concentration qu’il avait mise sur sa respiration.

Ce fut le professeur qui brisa le même silence qu’il avait provoqué (peut-être involontairement). D’une voix qui n’avait pas réellement l’air convaincante, il assura Iain qu’il n’avait pas peur de lui. Quel menteur pensa Iain. Le blond se reprit heureusement en affirmant que ce n’était pas l’acteur le problème. Ce dernier commença à le croire mais cela ne fit que susciter en lui des questions qu’il n’était pas à même de poser car il ne connaissait pas suffisamment Timothy. Alors il les garda pour lui et l’écouta encore. Mais il ne fit que se répéter, et en bégayant qui plus était. Iain secoua légèrement la tête, que lui était-il arrivé pour qu’il soit à ce point complexé par… par tant de chose. Il agissait comme… Iain leva les yeux vers lui et se demanda si… non. Impossible. Carrington n’avait vraiment pas le physique pour… mais les cinglés illogiques, ça existait. Non Iain balaya l’idée et mit le comportement du blond sur le compte d’une timidité maladive qu’il ferait mieux de soigner chez un psy. Iain ne concevait une telle cruauté, ce n’était pas possible.

Carrington ouvrit les lèvres une nouvelle fois mais fut arrêté par le grésillement du haut-parleur. Le son brisa quelque chose. Ce n’était pas vraiment comme s’il y avait eu quoique ce soit, mais ce genre de situation pouvait rapprocher. Dans leur cas, c’était le contraire. Iain s’était senti poussé tellement fort vers la zone limitrophe du monde des inconnus et il respecterait cette volonté imposée par Timothy. La voix d’un homme grésilla à son tour « Un, deux, un deux… vous m’entendez ? » Iain se leva immédiatement pour appuyer sur le bouton afin de pouvoir être entendu à son tour. « Oui ! Oui on vous entend ! Vous pouvez nous faire sortir de là ?! » s’exclama-t-il avec un soulagement qu’il ne cacha même pas. « La réparation est en cours monsieur ! D’ici dix à quinze minutes vous serez libéré. Tout va bien là-dedans ? Il faut prévoir des secours médicaux ? » Iain soupira avec un sourire immense. Il n’avait pas souri autant depuis le retour de sa nièce et de son neveu. « Tout va bien, pas besoin de secours médicaux ! Merci ! » Il lâcha le bouton et s’adossa à la paroi. Mon dieu, il allait vivre. Il allait pouvoir continuer à jouer, rêver, embêter ses amis. Il se sentait revivre. Expression étrange dans une ville comme Stonehaven mais c’était bien l’impression qu’il avait et il ne mentirait pas là-dessus. Il enfila sa veste, prêt à jaillir hors de la boîte dans laquelle il ne remettrait plus jamais les pieds. Les ascenseurs, c’était fini pour lui. Il prendrait les escaliers, quoiqu’il en coûte !
Revenir en haut Aller en bas
Timothy L. Carrington

Timothy L. Carrington

nowhere we can hide
(admin)





› Célébrité : Tom Hiddleston
› Crédits : mister hyde (avatar). gorgeousanon (gif). tomhiddleston-gifs (gifs sign). about today (code sign).

› Messages : 655
› Arrivée en ville : 21/07/2013

Lift issues | ft. Timothy L. Carrington Empty
MessageSujet: Re: Lift issues | ft. Timothy L. Carrington   Lift issues | ft. Timothy L. Carrington EmptyLun 28 Oct 2013 - 9:42

La personne qui se trouvait à l’autre bout de cet espèce de combiné métallique ne saurait jamais à quel point elle venait de sauver Timothy. Non pas de Iain et de la menace qu’il représentait pour lui malgré tous les efforts de l’acteur pour tenter de lui faire comprendre qu’il ne lui ferait jamais rien, mais bien de lui-même. Lui qui était pourtant sur le point d’expliquer les raisons pour lesquelles il était à ce point timide et réservé. Car les choses n’avaient pas toujours été comme ça, non. Fut un temps où Timothy s’était révolté contre sa mère, embarqué par un début d’adolescence quelque peu tourmenté, comme la plupart des enfants de cet âge. Il lui en voulait de ne pas lui dire qui était son père, il en voulait à la terre entière pour tout un tas de raisons qu’il semblait être le seul à penser valables et il était particulièrement vexé lorsqu’on ne tentait même pas de le comprendre. Il avait eu sa période où il s’était rebellé lui aussi, son esprit se souvenant encore parfaitement des bruits de portes qui claquaient violemment dans le salon de la demeure familiale, sans oublier les nombreuses fois où il grattait bien trop fort sur sa guitare ou que sa musique retentissait jusqu’au bout du couloir... Quelques souvenirs de ce temps-là oui, seulement des bribes, des morceaux que le temps avait rendu flous. Et si les choses s’étaient produites différemment, Timothy serait-il resté ce gamin un peu trop sûr de lui capable de tout envoyer balader sur un coup de tête ? Ou était-il véritablement né avec le sang d’une victime qui coulait doucement dans ses veines, au point d’être lui-même devenu ce qu’on avait décidé pour lui ? Il ne saurait jamais.

Et il aurait pu expliquer tout ceci au Cavendish, lui dire simplement en des termes qui lui étaient propres, qu’il avait subi son destin de la manière la plus cruelle qui soit. Il s’était retrouvé enfermé par le passé, avec d’autres hommes, des bourreaux qui lui avaient arraché ce qui ne doit jamais être pris mais ce qu’on doit offrir. On lui avait tout pris, jusqu’à la sensation même d’être le seul maître de son corps. Il ne lui appartenait plus, non, c’était celui de quelqu’un d’autre. Pas le sien en tout cas. Ce n’était ni ses jambes, ni son torse, ni même ses mains. Parce que tous ses membres ne pouvaient tout simplement pas le trahir à ce point et subir toutes ces choses sans tenter de s’en sortir, sans une seule fois chercher à se débattre. Pourquoi diable rester immobile, sans même oser émettre le moindre son et attendre simplement la fin ? Parce qu’aucune solution ne semblait plus évidente que celle-là. C’était un peu comme se retrouver coincé dans une cabine d’ascenseur ; aucune issue, personne pour entendre un éventuel appel à l’aide, et plus moyen de pouvoir observer le ciel bleu par la fenêtre pour espérer des jours meilleurs.

Alors la boîte métallique avait décidé de grésiller au bon moment, évitant ainsi à Timothy des confessions qu’il aurait ensuite amèrement regretté. Peu importe l’interlocuteur en question, il ne se serait certainement pas remis de ce genre de récit. Qui peut seulement y parvenir ? Le dire, l’évoquer simplement, en toucher quelques mots sans rentrer dans les détails, faire comprendre en évitant l’emploi d’un seul terme, le plus horrible de tous, celui qui ramène au moment fatidique où la fin semblait proche et palpable ; ce n’était tout simplement pas possible de le faire de manière détachée, sans que Timothy puisse sentir sa lèvre inférieure se mettre à trembler, ses membres encore imprégnés de ces instants douloureux répondant à l’appel du souvenir et subitement parcourus d’un frisson de frayeur. Le dire, c’était l’avouer une fois de plus. Le revivre sans y être vraiment, se retrouver dans le même état que si les évènements s’étaient déroulés dix secondes auparavant. Le professeur écoutait le dialogue d’une oreille distraite, ses yeux rivés sur le bout de ses chaussures, pour changer... Il n’avait rien dit, et c’était tant mieux. Mais il y avait tout de même pensé, et c’était déjà bien trop dur à admettre.

Il observa l’autre homme un instant tandis qu’il récupérait son manteau, impatient à l’idée de pouvoir enfin sortir de cette cage. Dix petites minutes supplémentaires et le calvaire serait terminé. Enfin, pour Timothy, cela n’avait rien de bien méchant. Qu’était-ce, vraiment, que ces quelques secondes privé de liberté ? Rien comparé aux années privé de dignité. Il ne bougea pas, assis sagement par terre, et il n’ajouta rien de plus jusqu’à ce qu’on vienne leur ouvrir les portes de l’ascenseur. Il salua simplement Iain d’un signe de tête lorsque celui-ci s’empressa de sortir de la cabine, et sur ses talons, le jeune professeur sortit également. Lui aussi aller vivre oui, encore. Et il y avait des jours comme celui-ci où il ne pouvait s’empêcher de penser que c’était bien dommage...

Fin du sujet


_________________


I'M THERE IN THE WATER

If I was not myself and you were someone else, I'd say so much to you and I would tell the truth. I'm there in the water, still looking for ya, I'm there in the water. Can't you see, can't you see ?

(c) about today.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé







Lift issues | ft. Timothy L. Carrington Empty
MessageSujet: Re: Lift issues | ft. Timothy L. Carrington   Lift issues | ft. Timothy L. Carrington Empty

Revenir en haut Aller en bas
 

Lift issues | ft. Timothy L. Carrington

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
HOW TO CATCH A MONSTER. :: Administratif :: the news aren't good :: sujets rps-